Grosjean - "Il faudra faire très attention" à cause des températures

Romain Grosjean s’attend à un week-end difficile pour tous les pilotes à Montréal, compte tenu des conditions climatiques délicates sur l’île Notre-Dame. 

Grosjean - "Il faudra faire très attention" à cause des températures
Romain Grosjean, Haas F1 Team lors de la reconnaissance du circuit avec l'équipe
Romain Grosjean, Haas F1 Team
Romain Grosjean, Haas F1 Team
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-16
Romain Grosjean, Haas F1 Team
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-16
Romain Grosjean, Haas F1 Team lors de la parade des pilotes
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-16

Le circuit Gilles Villeneuve est plongé dans une fraîcheur inhabituelle cette semaine, et les températures ne devraient pas dépasser les 15°C durant tout le week-end. La pluie est également une réelle menace pour les trois jours à venir, plus particulièrement pour dimanche. 

Ces conditions, liées aux caractéristiques particulières d’un tracé semi-permanent, vont rendre l’approche plus complexe pour les équipes lors des essais libres. 

"Ca ne sera pas une séance facile au début", prévient Grosjean au micro de Motorsport.com. "La température sera froide et la piste, qui est humide aujourd’hui [jeudi], qui sera encore peut-être encore mouillée demain, est toujours assez sale ici quand on commence, car c’est un circuit temporaire. Il faudra donc faire très attention et gentiment monter en rythme."

"Ça n’aide pas en tout cas. Quand on a un week-end où c’est sec du début à la fin, c’est plus facile. Les températures sont constantes, avec des températures d’une vingtaine de degrés, c’est plus facile. Maintenant, on ne peut rien faire pour changer cela. Il faudra faire avec."

À Montréal, tout peut arriver

Le pilote Haas est plus optimiste pour la course, qui réserve généralement son lot de rebondissements au Canada. Le Français rappelle qu’il faudra répondre présent dès que la moindre opportunité se présentera. 

"Ici, il peut se passer beaucoup de choses", précise-t-il. "Il y a de longues lignes droites et de gros freinages. On réussira peut-être à faire chauffer les pneus correctement. C’est une course longue, où il faut être à l’arrivée. Avoir une bonne place sur la grille de départ est toujours mieux, mais la course est longue de 70 tours. C’est un circuit qui n’est pas facile avec les machines, avec les pneus, avec les freins et avec les pilotes. C’est pour cela qu’il faut toujours être prêt à saisir une opportunité."

Les basses températures ne sont sans doute pas une bonne nouvelle non plus quant au bon fonctionnement de la Haas VF-16. L’écurie américaine fait face à des difficultés d’exploitation des pneus Pirelli depuis quelques courses.

"Elle était très bonne en début de saison", souligne Grosjean quant à sa monoplace. "Puis, on a souffert un peu récemment. On a souffert sur l’utilisation des pneus. Cela fait que les qualités et les défauts de la voiture sont un peu masqués. La base est bonne quand on arrive à tout faire fonctionner. Mais il est vrai que, lorsqu’il fait froid ou que la surface de la piste n’est pas abrasive, on a du mal avec les pneus."

Propos recueillis par René Fagnan

partages
commentaires
Heineken confirme un partenariat de plusieurs années en F1

Article précédent

Heineken confirme un partenariat de plusieurs années en F1

Article suivant

Alonso - Ce n'est "pas improbable" de jouer le titre en 2017

Alonso - Ce n'est "pas improbable" de jouer le titre en 2017
Charger les commentaires