Grosjean - Il faut accepter les années difficiles

La première partie de saison a été des plus compliquées pour Romain Grosjean

La première partie de saison a été des plus compliquées pour Romain Grosjean. Le calvaire de Melbourne était annonciateur d’une année difficile, ce qui s’est rapidement confirmé par la suite. Avec 8 points au compteur, le Franco-suisse est le seul à avoir ramené des points à Lotus. Mais plus que ce manque de résultat, c’est le mauvais feeling avec sa monoplace qui le frustre au plus haut point.

« Pour le moment, je suis toujours un peu en difficulté avec les freins », concède-t-il. « Bien sûr, nous avons moins d’appui que l’année dernière, des pneus plus durs, et c’est quelque chose [le freinage] de très sensible. Il y a du travail à faire dans ce domaine. »

Ces difficultés à bord de la E22 rendent notamment le travail de développement encore plus difficile pour le pilote, qui peine à retranscrire ses sensations. En cause, un comportement très irrégulier de la voiture.

« J’aime avoir une voiture régulière, sur laquelle je peux construire mon week-end et dire « au prochain tour, je vais freiner trois mètres plus loin », et si ça ne fonctionne pas je perds un dixième », explique Grosjean. « Actuellement, si je le fais je perds une seconde car je pars trop large. C’est une chose avec laquelle je me démène, je dois juste comprendre une manière parfois différente de piloter. »

Le miracle Brawn pour inspiration ?

Troisième saison consécutive avec l’équipe d’Enstone pour le natif de Genève, 2014 est aussi une année charnière. Alors que Lotus a rapidement activé l’option de Pastor Maldonado en confirmant ce dernier pour la saison prochaine, l’avenir de Grosjean reste flou. Prêt à rejoindre une équipe capable de lui offrir un meilleur matériel, en aura-t-il l’opportunité ? D’autant que l’espoir de voir de meilleurs jours arriver chez Lotus ne semble pas totalement évanoui à ses yeux.

« Je veux gagner des courses dans un futur proche et nous travaillons là-dessus », confie Grosjean. « Si l’on regarde Jenson [Button] en 2008, il se débattait avec Honda, qui est ensuite devenu Brawn. La même équipe, avec un nom différent, et il est devenu Champion du Monde. »

« Connaitre des années difficiles fait partie de votre carrière, il faut l’accepter et ne pas être frustré. Brawn avait le double diffuseur, une invention très intelligente. Je ne sais pas s’il y en aura une l’année prochaine, mais je confiant à 99,99% dans le fait que Lotus sera meilleure la saison prochaine. »

La situation de Brawn GP en 2009 n’est toutefois pas comparable, tant l’équipe de Brackley avait bénéficié du travail en amont de Honda pour cette saison précise, qui avait également été marquée par de gros changements de réglementation technique. Ceux-ci n’auront pas lieu en 2015 et ne permettront vraisemblablement pas un tel « miracle » pour Lotus.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Pastor Maldonado , Romain Grosjean
Type d'article Actualités