Grosjean - La nouvelle Parabolica est plus sécuritaire

Dans une semaine, la Formule 1 rejoindra Monza, mythique temple de la vitesse

Dans une semaine, la Formule 1 rejoindra Monza, mythique temple de la vitesse. Les vitesses atteintes y sont toujours très élevées avec les longues lignes droites que propose le tracé, et il sera très intéressant de voir comment se comporteront les monoplaces avec les nouvelles spécifications 2014.

Pour les pilotes, il faudra s'adapter et redécouvrir ce circuit avec des niveaux d'appui encore plus faible, comme l'explique Romain Grosjean. Le Franco-Suisse n'est toutefois pas inquiet, et rappelle que tous les pilotes doivent composer avec ces nouveautés.

"C'est la même chose pour tout le monde", insiste le pilote Lotus, qui reconnait que le challenge devrait être relevé. "Particulièrement sans le diffuseur soufflé, ce sera un plus grand défi que l'année dernière, c'est certain. Mais c'est la F1 et vous devez faire avec le défi qu'elle propose."

Pour Lotus, qui pêche en puissance avec le V6 Renault, il faudra d'ailleurs être relativement extrême avec les niveaux d'appui sur la E22. "La réalité, c'est que nous devrons probablement rouler avec moins d'appui global pour gommer le temps que nous perdons en ligne droite, mais nous devrons rester positifs et extraire le meilleur du package que nous aurons en Italie", prévient Grosjean.

L'une des autres nouveautés à Monza sera l'aménagement nouveau de la Curva Parabolica. Virage très compliqué à négocier, il a fait l'objet de travaux et possède désormais une zone de dégagement assez large. Malgré les critiques, Grosjean est plutôt satisfait de ces modifications et ne s'en cache pas.

"La Parabolique est un virage qui est un gros défi à relever, un virage rapide, donc d'un point de vue sécurité c'est une bonne chose d'avoir plus de marge pour les pilotes", justifie-t-il. "Je me souviens parfois, dans le passé, entrer dans le virage et savoir qu'un freinage un petit peu trop tard pouvait vous envoyer tout droit dans les graviers et dans le mur à haute vitesse. Je pense que maintenant, ce que l'on verra c'est que les pilotes trouveront les limites plus tôt, car nous savons qu'il n'y aura pas les graviers et un crash pénalisant au bout."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Romain Grosjean
Type d'article Actualités