Grosjean - Les gens oublient de quoi j'étais capable en 2013

L'année noire de Romain Grosjean touche à sa fin, et le pilote franco-suisse se tourne avec soulagement vers 2015

L'année noire de Romain Grosjean touche à sa fin, et le pilote franco-suisse se tourne avec soulagement vers 2015. Au volant d'une Lotus hors du coup, les podiums collectés en 2012 et 2013 lui ont paru bien loin et certains week-ends de Grand Prix ont pris des airs de véritable chemin de croix.

Grosjean le reconnait, sa carrière dans la catégorie reine est faite de hauts et de bas. Mais il estime désormais avoir fait ses preuves et avoir les capacités d'être un pilote régulier et performant. Sa prestation à Suzuka en 2013, où il avait pris un envol parfait et longtemps mené la course, tend à le confirmer.

"Je n'ai pas eu une période facile en Formule 1. En 2009 j'étais comme un fusible : je suis arrivé et je suis reparti. 2012 a été l'année où j'ai attaqué trop fort et j'ai fait certaines erreurs stupides, mais en 2013, après avoir résolu les problèmes de KERS, nous avons vraiment bien terminé", constate-t-il.

Malheureusement, cette saison 2014 est venue briser son élan. Si elle a pu faire de lui un pilote plus fort, l'absence de résultats a relégué Grosjean derrière les nouveaux noms et les nouvelles révélations de la Formule 1. A regrets, aucune porte ne s'est ouverte à lui dans une écurie plus huppée pour la saison prochaine.

"J'ai pensé ensuite, avec les données de la soufflerie que nous avions, que je pourrais essayer de me battre pour des victoires [en 2014]. Puis nous avons réalisé que ce ne serait pas le cas, et Ricciardo et Bottas se sont mis en avant et ce sont de bons gars", souligne Grosjean. "Mais les gens oublient de quoi j'étais capable en fin d'année dernière quand je battais Kimi [Räikkönen] alors qu'il était en bonne forme : il aimait la voiture et elle lui convenait bien. Cela a montré de quoi j'étais vraiment capable."

L'année 2015 sera la quatrième consécutive pour Grosjean à Enstone. Les ambitions sont mesurées, avec une monoplace qui disposera du bloc Mercedes, mais la nécessité de jouer les points régulièrement et de faire parler de lui sera importante. "Si je continue à piloter aussi bien que je le peux et que je bats mon coéquipier, j'espère qu'en 2016 je pourrai être dans une voiture qui gagne", conclut-il.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Romain Grosjean
Équipes Mercedes
Type d'article Actualités