Menacé de suspension, Grosjean ne va pas changer d'approche

partages
commentaires
Menacé de suspension, Grosjean ne va pas changer d'approche
Par : Basile Davoine
27 sept. 2018 à 13:26

Sanctionné de deux points de pénalité à Singapour pour non-respect des drapeaux bleus, Romain Grosjean aborde ce week-end à Sotchi une série de quatre Grands Prix durant lesquels la moindre incartade pourrait lui être fatale.

Romain Grosjean, Haas F1 Team
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18
Romain Grosjean, Haas F1 Team, parcourt la piste à pied
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18
Romain Grosjean, Haas F1 Team parcourt la piste à pied
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18
Romain Grosjean, Haas F1 Team, sur la grille
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18, quitte les stands
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18
Romain Grosjean, Haas F1 Team
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18, sort de son stand

C'est une épée de Damoclès au-dessus de la tête. Avec désormais neuf points de pénalité reçus au cours des douze derniers mois, Romain Grosjean se retrouve désormais dans le collimateur et risque même, en cas de nouvelle infraction, d'atteindre la barre fatidique des 12 points. Une barre qui déclencherait une suspension automatique d'un Grand Prix.

À son arrivée dans le paddock russe ce jeudi, le Français se veut toutefois serein, et relativise surtout sa situation. "C'est la F1, et nous devons toujours être performants. Je m'assurerai donc de ne rien faire de fou, mais j'attaquerai toujours et je ferai ce que j'ai à faire", promet-il. "Quand on regarde les points [de pénalité] que j'ai eus, on peut en expliquer certains, tandis que d'autres sont plus discutables, mais je les ai. On va juste s'assurer de pouvoir aller jusqu'au bout de la saison. Il reste six Grands Prix avant de passer à la prochaine et d'oublier ça." 

Fin octobre, au lendemain du Grand Prix du Mexique, Grosjean récupérera un point mais, ce qui apaisera légèrement une situation qui reste inconfortable. Un inconfort qui induit nécessairement un changement d'approche ? "Je ne crois pas", rétorque l'intéressé. "Je ne suis pas ici pour me crasher, je ne suis pas ici pour faire quoi que ce soit de stupide. À Singapour, je me suis retrouvé pris dans une situation compliquée. Sergey [Sirotkin] était six secondes plus lent que tout le monde, je ne pouvais pas le savoir à ce moment-là, donc nous étions à la lutte et l'écart était évidemment important."

Lire aussi :

Grosjean juge la sanction de Singapour sévère

Ironie du sort, le système de licence à points pouvant déboucher sur une course de suspension a été pensé par les instances suite à des situations que Romain Grosjean a déjà lui-même connues voire provoquées. En 2012, avant l'introduction des points de pénalité, il avait ainsi été suspendu un Grand Prix après avoir provoqué le chaos au départ du Grand Prix de Belgique.

Refusant de commenter ce système ainsi que le barre des 12 points qu'il ne faut surtout pas venir tutoyer, Grosjean regrette toutefois la manière dont il a été sanctionné à Singapour, lorsqu'il avait mis trop de temps avant de laisser passer le leader pour lui prendre un tour.

"Je crois qu'il y a eu 11 mini secteurs avant que je laisse passer Lewis [Hamilton]", rappelle-t-il. "Ça coute beaucoup de temps, mais c'était juste notre rythme. Prendre des points de pénalité là-dessus était dur. Je suis ici pour courir, je suis ici pour aider Haas à terminer quatrième du championnat constructeurs. Alors je vais faire de mon mieux pour l'équipe et essayer d'éviter de faire quoi que ce soit de stupide." 

À Marina Bay, le directeur de course Charlie Whiting ne trouvait pourtant aucune excuse à Grosjean, estimant que le Français avait enfreint une "règle d'or".

"Je le verrai au briefing des pilotes, je verrai si les pilotes en parlent", conclut le pilote Haas. "Encore une fois, ce n'était pas mon intention de bloquer qui que ce soit, nous n'avons pas de lumières sur la voiture, et dans l'obscurité, c'est sombre dans les rétroviseurs, tandis que notre rythme était complètement lent. Au final, ça n'a rien changé du tout à la course, Lewis a gagné et Max a terminé deuxième. C'est le principal. Ce n'était pas génial, pas idéal, nous étions dans notre bagarre, ils étaient dans la leur. Apparemment, c'était le moment le plus excitant de la course !"

Points de pénalité des pilotes

Pilote Pts sur les 12 derniers mois Prochaine perte de pts
France Romain Grosjean 9 29.10.18 (1 points)
Sweden Marcus Ericsson 7 22.10.18 (2 points)
Russian Federation Sergey Sirotkin 6 29.04.19 (2 points)
Netherlands Max Verstappen 5 22.10.18 (1 points)
Mexico Sergio Pérez 5 29.04.19 (2 points)
Canada Lance Stroll 4 21.10.18 (1 points)
Germany Nico Hülkenberg 4 26.11.18 (1 points)
New Zealand Brendon Hartley 4 08.04.19 (4 points)
France Pierre Gasly 4 15.04.19 (2 points)
Finland Valtteri Bottas 4 29.07.19 (2 points)
Denmark Kevin Magnussen 3 21.10.18 (1 points)
Germany Sebastian Vettel 3 24.06.19 (2 points)
Spain Fernando Alonso 2 08.10.18 (2 points)
Australia Daniel Ricciardo 2 23.03.19 (2 points)
Finland Kimi Räikkönen 2 08.07.19 (2 points)
Spain Carlos Sainz 2 22.07.19 (2 points)
Belgium Stoffel Vandoorne 1 13.05.19 (1 points)
Prochain article Formule 1
Accrochage Pérez/Sirotkin : "Ça a l'air bien pire vu de l'extérieur"

Article précédent

Accrochage Pérez/Sirotkin : "Ça a l'air bien pire vu de l'extérieur"

Article suivant

Mercedes avait envisagé de titulariser Ocon

Mercedes avait envisagé de titulariser Ocon
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP de Russie
Catégorie Jeudi
Lieu Sochi Autodrom
Pilotes Romain Grosjean Boutique
Équipes Haas F1 Team
Auteur Basile Davoine
Type d'article Preview