Formule 1
C
Grand Prix de Bahrein
19 mars
-
22 mars
EL1 dans
26 jours
C
GP d'Espagne
07 mai
-
10 mai
EL1 dans
75 jours
C
GP de Monaco
21 mai
-
24 mai
EL1 dans
88 jours
C
GP du Canada
11 juin
-
14 juin
EL1 dans
111 jours
C
GP d'Autriche
02 juil.
-
05 juil.
EL1 dans
131 jours
C
GP de Grande-Bretagne
16 juil.
-
19 juil.
EL1 dans
145 jours
C
GP de Hongrie
30 juil.
-
02 août
EL1 dans
159 jours
C
GP de Belgique
27 août
-
30 août
EL1 dans
187 jours
03 sept.
-
06 sept.
EL1 dans
194 jours
C
GP de Singapour
17 sept.
-
20 sept.
EL1 dans
208 jours
C
GP de Russie
24 sept.
-
27 sept.
EL1 dans
215 jours
C
GP des États-Unis
22 oct.
-
25 oct.
EL1 dans
244 jours
C
GP du Mexique
29 oct.
-
01 nov.
EL1 dans
251 jours
C
GP du Brésil
12 nov.
-
15 nov.
EL1 dans
265 jours
C
GP d'Abu Dhabi
26 nov.
-
29 nov.
EL1 dans
278 jours

Grosjean : "71 tours comme ça, je ne le sens pas trop..."

partages
commentaires
Par :
26 oct. 2019 à 19:44

Romain Grosjean s'est montré très perplexe à l'issue des qualifications du Grand Prix du Mexique, une nouvelle fois victime du comportement imprévisible de sa monoplace.

Avant d'aborder les quatre derniers Grands Prix de l'année, Günther Steiner avait lui-même annoncé que Haas ne se faisait pas d'illusions quant à son niveau de compétitivité. Cela s'est confirmé dès les qualifications du Grand Prix du Mexique, où les deux monoplaces de l'écurie américaine ont été éliminées dès la Q1, ne devançant que les deux Williams et affichant un retard autour des 2"5 par rapport aux meilleurs. 

Lire aussi :

Dix-huitième des qualifications, Romain Grosjean a une nouvelle fois fait les frais d'une VF-19 capricieuse, que l'équipe peine à cerner. Pourtant, le Français avait repris espoir lors des derniers essais libres en mettant le doigt sur de bons réglages, mais le comportement de sa monture a selon lui changé du tout au tout, sans explication claire. Encore et toujours, les ingénieurs ont de quoi se creuser les méninges dans les rangs de Haas.

"C’était compliqué", lâche Grosjean au micro de Canal+. "En fait ce matin, après les EL3, j’ai vraiment eu de l'espoir... On a changé les réglages pendant la nuit, j’ai récupéré tellement de train arrière en EL3 que je n’arrêtais pas de rajouter de l’aileron avant. Je me suis dit qu'on allait équilibrer la voiture et ça pouvait peut-être passer en Q2. Vraiment, j’étais confiant. On est partis avec cette voiture rééquilibrée, et au premier tour, dans le premier virage, tête-à-queue... aucun train arrière... là, je crois que les ingénieurs et moi, nous n'avons jamais vu ça, et ce n’est pas compréhensible. Pour le moment c’est compliqué. Maintenant, c’est le dimanche que ça compte, mais pour le moment, faire 71 tours comme ça, je ne le sens pas trop..."

À l'instar des propos récents de son patron, Grosjean admet que cette fin de saison prend des airs de chemin de croix, et que l'embellie attendra la saison prochaine. "Je crois que pour le moment, il faut faire le dos rond et attendre la fin de l’année, se dire que ça ira mieux l’an prochain", souligne-t-il. "C’est vrai que c’est une année dure, on le sent dans le garage, il y a une ambiance qui n’est pas celle de venir là pour se battre pour des belles positions, on est là pour essayer de survivre un petit peu. On va se dire que la semaine prochaine c’est la course à la maison [à Austin], et ça c’est cool !"

Article suivant
La grille de départ du GP du Mexique

Article précédent

La grille de départ du GP du Mexique

Article suivant

Verstappen reconnaît ne pas avoir ralenti malgré le crash de Bottas

Verstappen reconnaît ne pas avoir ralenti malgré le crash de Bottas
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP du Mexique
Catégorie Qualifs
Pilotes Romain Grosjean Boutique
Équipes Haas F1 Team
Auteur Basile Davoine