Grosjean préférait les pneus à forte dégradation

Romain Grosjean affirme que les pneumatiques plus endurants, aujourd'hui fournis par le manufacturier unique Pirelli, ne permettent plus aux pilotes de faire la différence en course, au contraire des anciennes gommes.

Ainsi, le Français possédait davantage d'affinités avec les pneus produits par la firme italienne deux ou trois années plus tôt, lorsque ceux-ci se dégradaient davantage au fil des tours.

"Oui, les pneus sont en effet très différents d'il y a deux ou trois ans," affirmait Grosjean ce jeudi à Silverstone. "Nous pouvons désormais disputer bon nombre de courses en effectuant un seul arrêt puis réutiliser les données récoltées lorsque nous revenons sur un même circuit l'année d'après."

"Je ne pense donc pas que nous devions réellement faire attention aux pneus aujourd'hui, en comparaison à cette époque. Personnellement, je préférais une dégradation plus importante car lorsque vous étiez plus lent en début de course, vous pouviez adapter votre stratégie en fonction."

"Désormais, tout le monde pousse les pneus jusqu'à leur limite et cela se passe toujours à peu près en même temps. Il n'y a plus vraiment d'avantage à en tirer."

Et le pilote Lotus de mettre en exergue un autre inconvénient des pneumatiques Pirelli, dont l'utilisation est directement liée aux performances aérodynamiques actuelles : l'incapacité à pouvoir attaquer le pilote qui se trouve devant sur certains tracés, comme en Autriche.

"J'ai vécu un bon exemple sur le Red Bull Ring : je me trouvais derrière Pérez, il était chaussé de pneus tendres et moi de supertendres, j'avais donc un avantage au niveau du grip. Mais je ne pouvais pas le dépasser, car si vous suivez de trop près un concurrent, vous détruisez vos pneus."

"Je pense qu'il faudrait donc songer dans les discussions autour des futurs règlements à des solutions nous permettant de pouvoir prendre l'avantage lorsque l'on suit un pilote de près, car dans ces cas-là, dépasser est aujourd'hui devenu trop difficile."

Lotus est dans l'inconnue pour Silverstone

Contrairement à son adversaire direct au championnat, Force India, l'écurie Lotus ne se présente pas à Silverstone ce week-end munie d'évolutions importantes. Grosjean avoue ne pas savoir si sa voiture sera performante ou non sur ce type de tracé, que les pilotes n'ont pas rencontré depuis plusieurs mois.

"Non, nous n'avons pas vraiment de nouvelles pièces ici mais nous tenterons de faire au mieux et d'aller au bout afin d'inscrire de nouveaux points, comme en Autriche. Notre voiture est clairement en mesure de nous rapporter des points cette année. Si tout se passe bien, nous pouvons terminer 7e et 8e."

"Mais j'avoue qu'il n'est simple de savoir à quoi s'attendre ici. Je ne suis pas vraiment en mesure de dire si notre voiture sera performante ou non car c'est le premier circuit avec ces caractéristiques que nous rencontrons. Avec de tels virages rapides. Mais j'espère évidemment que nous répondrons présent."

A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP de Grande-Bretagne
Circuit Silverstone
Pilotes Romain Grosjean
Équipes Lotus F1
Type d'article Actualités
Tags grande-bretagne, jeudi, lotus, pirelli, pneus, romain grosjean, silverstone