Red Bull et Mercedes se lancent-ils dans une guerre de développement ?

Alors qu'une lutte mêlant Red Bull et Mercedes continue de se dessiner pour les titres pilotes et constructeurs en Formule 1, l'écurie autrichienne craint de devoir poursuivre le développement de sa monoplace tout au long de la saison 2021, ce qui compromettrait ses plans pour le futur.

Red Bull et Mercedes se lancent-ils dans une guerre de développement ?

Après deux Grands Prix disputés en 2021, Red Bull et Mercedes ont chacun remporté une victoire, Lewis Hamilton s'étant imposé en lever de rideau, à Bahreïn, et Max Verstappen ayant répliqué le week-end dernier, à Imola. Et alors que les écarts demeurent extrêmement faibles malgré les améliorations, les deux écuries font d'ores et déjà face à un dilemme. Sachant que le développement des nouvelles monoplaces de 2022 nécessitera le plus de ressources disponibles, l'abandon du projet actuel deviendra de plus en plus inévitable au fil de l'année.

Interrogé par ServusTV, la chaîne de Red Bull, le conseiller Helmut Marko estime cependant que si l'écart entre l'écurie quadruple Championne du monde et Mercedes devait rester aussi serré, l'une des conséquences fâcheuses sera de continuer à pousser le développement au-delà de la date d'arrêt idéale.

"Il reste [21] courses à disputer et nous devons tout donner", déclare l'Autrichien. "Le problème se posera avant la pause estivale, lorsque, théoriquement, les ressources seront mises sur le développement de la voiture de 2022. Le problème est le suivant : si nous continuons à être aussi proches [de Mercedes], je crois que ni Mercedes ni nous, et certainement pas nous, ne reculerons sur le développement."

Lire aussi :

Bien qu'il soit difficile d'émettre un jugement après deux Grands Prix seulement, la RB16B semble être plus rapide sur un tour tandis que la W12 aurait un avantage dans la gestion des pneumatiques sur les longs relais. Pour le moment, Marko avance que le rythme en course de Mercedes est meilleur mais pense que les températures fraîches d'Imola ont changé la donne.

"Je pense que Mercedes avait la voiture la plus rapide à Imola", poursuit-il. "Sur un seul tour, nous étions plus rapides. Mais je pense que cela est lié aux températures plus basses. De plus, le comportement des pneus est un peu meilleur sur le châssis Mercedes en ce moment."

Quant au directeur d'équipe, Christian Horner, celui-ci pense qu'il faudra patienter deux courses au minimum pour connaître l'identité de l'équipe détenant le statut de première force en catégorie reine. "Nous avons maintenant un échantillon de deux courses et j'ai toujours dit qu'il faudrait quatre courses environ pour avoir une véritable idée des positions de chaque équipe", commente Horner. "Une tendance commence à se dessiner, c'est très, très serré entre les voitures, et entre Lewis et Max. Pour le moment, les gains sont marginaux."

"Nous voyons que [Mercedes] dispose d'une bonne dégradation. Mais il est certain que le week-end d'Imola confirme le rythme que nous avions lors des essais de pré-saison et de la course de Bahreïn. Et j'espère pour nous, égoïstement, mais aussi pour la Formule 1, qu'il y aura une grande lutte entre ces deux pilotes. La discipline en sortira gagnante."

partages
commentaires

Related video

La force de Mercedes avec ses pneus est-elle sa plus grande faiblesse ?
Article précédent

La force de Mercedes avec ses pneus est-elle sa plus grande faiblesse ?

Article suivant

La F1 gardera des dates séparées pour Miami et Austin

La F1 gardera des dates séparées pour Miami et Austin
Charger les commentaires