Guide F1 2018
Dossier

Guide F1 2018

Guide F1 2018 - L'empire Ferrari contre-attaque

partages
commentaires
Guide F1 2018 - L'empire Ferrari contre-attaque
Par : Basile Davoine
20 mars 2018 à 11:04

Après avoir perdu la bataille de la saison 2017, la Scuderia Ferrari a la ferme intention de prendre sa revanche lors de la campagne à venir.

Ferrari

Après une saison 2017 aux deux visages, la Scuderia Ferrari entend avoir retenu la leçon. Donner du fil à retordre à Mercedes fut un premier pas, avec le retour d'un duel au sommet, mais la fin en eau de boudin est venue tout gâcher. Un nouveau chapitre s'ouvre, dans la continuité mais sans droit à l'erreur.

Une continuité que l'on a bien failli voir voler en éclats au terme de la tournée asiatique de l'automne dernier. Après les événements de Singapour puis les revers douloureux de Sepang et Suzuka, tout portait à croire que le coup de sang de Sergio Marchionne irait jusqu'à des décisions d'envergure faisant tomber quelques têtes. Il n'en fut rien, de manière presque surprenante !

Dans un environnement où la pression est omniprésente et permanente, l'unité ne s'est pas brisée à Maranello, tout du moins pas au grand jour. Le président de Ferrari n'est certes pas resté les bras croisés, instiguant du remaniement interne notamment sur le plan du contrôle qualité, et on peut tout de même penser que le couperet n'est pas passé loin de tomber. Pour autant, Maurizio Arrivabene est toujours à la tête de son équipe aujourd'hui, secondé par Mattia Binotto pour la partie technique, et disposant d'un duo de pilotes en qui la confiance a été renouvelée : Sebastian Vettel et Kimi Räikkönen.

Si le cadre n'a pas changé, Ferrari a tout de même eu le devoir de faire son travail d'introspection. Pour ces hommes à qui la mission confiée de ramener le Cheval cabré au sommet a été maintenue, il n'y a sans doute plus aucun droit à l'erreur. Pour y parvenir, un dogme de la saison passée a été conservé : celui d'une communication délibérément feutrée, d'une façade laissant le moins de place possible à l'émotion et aux sentiments, le tout pour conserver l'image d'une Scuderia la tête dans le guidon, dédiée tout entière à son travail de fourmi.

Dans la lignée de l'exercice précédent, les ateliers de Maranello n'ont probablement pas oublié en quelques mois la recette nécessaire à la conception d'une monoplace rapide. Sur ce point, et avec les précautions d'usage tout de même, le verdict des essais de Barcelone va dans ce sens. On peut clamer et répéter à qui veut l'entendre que la feuille des temps des essais hivernaux ne veut rien dire, il est toujours mieux d'y figurer en tête que dans les bas-fonds, ne serait-ce que pour le moral des troupes !

Sebastian Vettel, Ferrari SF71H

Inévitablement, la fiabilité a constitué un axe de progression figurant en haut de la liste pour Ferrari. L'équipe italienne ne peut pas se permettre de vivre un camouflet similaire à celui de la deuxième partie de saison 2018. Il est facile de pointer ce défaut du doigt, et il devrait l'être tout autant de l'avoir identifié pour le résoudre. Si tant est que la Scuderia ait fait ses devoirs sur ce plan, cela ne suffira cependant pas à vaincre Mercedes, et qui sait, peut-être Red Bull. L'an dernier, Ferrari a également subi la loi de son rival allemand dans la course au développement, menée avec des bottes de sept lieues par l'armada de Brackley.

Au rayon des leçons à retenir, Sebastian Vettel devra également prendre sa part. La polémique de Bakou et du coup de roue mis volontairement à Lewis Hamilton avait laissé des traces qu'il faudra gommer d'emblée, histoire de ne pas se faire resservir l'épisode au moindre faux-pas. Le quadruple Champion du monde a conscience d'avoir échoué dans sa quête, mais on sait également à quel point il peut se montrer redoutable lorsque l'alignement des planètes lui sourit. Les Tifosi n'attendent que ça !

À ses côtés, l'énigmatique Kimi Räikkönen reste fidèle au poste, avec des attentes qui sont, il faut l'avouer, difficile à évaluer. Au moins, l'entente entre les deux hommes est quasi parfaite, et il s'agit d'un facteur possiblement explosif dans d'autres équipes qui n'est pas à gérer dans la difficulté pour Ferrari.

Conclusion

Il n'y a guère de doute quant au fait que Ferrari a les moyens de venir perturber Mercedes dans la quête de la couronne mondiale. Encore une fois, la stabilité réglementaire écarte quasiment tout risque de bouleversement hiérarchique, et la Scuderia devrait donc être dans le coup. Reste tout de même à savoir jusqu'à quel point ? Le passé récent a montré que, du côté de Maranello, il y avait encore un cap à franchir pour se mettre exactement au niveau requis. Le sera-t-il dès cette saison ?

Points forts Points faibles
 Pas de révolution de palais à Maranello  Le rythme de développement peut-il suivre ?
 Le "rapproché" de 2017 est une belle base  Vettel, Docteur Jekyll ou Mister Hyde ?
 Deux pilotes qui savent s'entendre  Räikkönen n'a plus gagné depuis 2013...
Diapo
Liste

Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H

Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H
1/20

Photo de: Sutton Motorsport Images

Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H

Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H
2/20

Photo de: Sutton Motorsport Images

Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H

Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H
3/20

Photo de: Sutton Motorsport Images

Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H

Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H
4/20

Photo de: Sutton Motorsport Images

Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H

Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H
5/20

Photo de: Glenn Dunbar / LAT Images

Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H

Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H
6/20

Photo de: Joe Portlock / LAT Images

Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H

Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H
7/20

Photo de: Sutton Motorsport Images

Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H

Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H
8/20

Photo de: Joe Portlock / LAT Images

Sebastian Vettel, Ferrari SF71H

Sebastian Vettel, Ferrari SF71H
9/20

Photo de: Mark Sutton

Sebastian Vettel, Ferrari, au stand

Sebastian Vettel, Ferrari, au stand
10/20

Photo de: Andrew Hone / LAT Images

Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H

Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H
11/20

Photo de: Sutton Motorsport Images

Sebastian Vettel, Ferrari SF71H

Sebastian Vettel, Ferrari SF71H
12/20

Photo de: Sutton Motorsport Images

Sebastian Vettel, Ferrari SF71H et de la fumée

Sebastian Vettel, Ferrari SF71H et de la fumée
13/20

Photo de: Sutton Motorsport Images

Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H

Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H
14/20

Photo de: Glenn Dunbar / LAT Images

Sebastian Vettel, Ferrari SF71H

Sebastian Vettel, Ferrari SF71H
15/20

Photo de: Sutton Motorsport Images

Sebastian Vettel, Ferrari SF71H

Sebastian Vettel, Ferrari SF71H
16/20

Photo de: Steven Tee / LAT Images

Sebastian Vettel, Ferrari SF71H

Sebastian Vettel, Ferrari SF71H
17/20

Photo de: Steven Tee / LAT Images

Sebastian Vettel, Ferrari, au stand

Sebastian Vettel, Ferrari, au stand
18/20

Photo de: Andrew Hone / LAT Images

Sebastian Vettel, Ferrari SF71H

Sebastian Vettel, Ferrari SF71H
19/20

Sebastian Vettel, Ferrari SF71H

Sebastian Vettel, Ferrari SF71H
20/20
Prochain article Formule 1
Avec Honda, Toro Rosso a trouvé la liberté

Previous article

Avec Honda, Toro Rosso a trouvé la liberté

Next article

Williams : Il est faux de croire que Kubica a surclassé les titulaires

Williams : Il est faux de croire que Kubica a surclassé les titulaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Kimi Räikkönen Shop Now , Sebastian Vettel Shop Now
Équipes Ferrari Shop Now
Auteur Basile Davoine
Type d'article Preview