Formule 1
12 mars
-
15 mars
Événement terminé
19 mars
-
22 mars
Événement terminé
C
GP d'Autriche
02 juil.
-
05 juil.
EL1 dans
93 jours
C
GP de Grande-Bretagne
16 juil.
-
19 juil.
EL1 dans
107 jours
C
GP de Hongrie
30 juil.
-
02 août
EL1 dans
121 jours
C
GP de Belgique
27 août
-
30 août
EL1 dans
149 jours
03 sept.
-
06 sept.
EL1 dans
156 jours
C
GP de Singapour
17 sept.
-
20 sept.
EL1 dans
170 jours
C
GP de Russie
24 sept.
-
27 sept.
EL1 dans
177 jours
C
GP du Mexique
29 oct.
-
01 nov.
EL1 dans
212 jours
C
GP du Brésil
12 nov.
-
15 nov.
EL1 dans
226 jours
C
GP d'Abu Dhabi
26 nov.
-
29 nov.
EL1 dans
240 jours

Steiner explique pourquoi Haas s'est voilé la face

partages
commentaires
Steiner explique pourquoi Haas s'est voilé la face
Par :
3 janv. 2020 à 16:24

Sortant de la saison la plus décevante de sa jeune Histoire en Formule 1, l'écurie Haas fait désormais son autocritique, à commencer par son directeur Günther Steiner, qui n'est apparemment pas exempt de tout reproche.

Haas avait connu sa meilleure campagne en 2018, engrangeant 93 points et accrochant la cinquième place du championnat des constructeurs, mais le potentiel de la VF-19 s'est avéré difficile à exploiter et l'écurie américaine s'est retrouvée neuvième l'an passé, avec seulement 28 unités au compteur. La saison avait pourtant bien commencé avec la sixième place de Kevin Magnussen à Melbourne, mais les évolutions apportées à partir du Grand Prix d'Espagne se sont avérées contre-productives et Haas n'a quasiment plus marqué de points ensuite, malgré de belles performances en qualifications : l'équipe ne parvenait pas à tirer le meilleur des pneus Pirelli.

Lire aussi :

D'après Steiner, les bons résultats obtenus en 2018 ont peut-être eu pour conséquence un excès de confiance. Lorsqu'il lui est demandé si le Grand Prix de Bahreïn, deuxième manche de la saison 2019, a été le premier signe des problèmes de pneus, l'Italien répond : "Non, c'est la première fois qu'il est apparu que quelque chose n'allait pas, et nous nous sommes rendu compte que nous n'arrivions pas à gérer les pneus. Puis nous avons essayé de les faire fonctionner, de les influencer de l'extérieur au lieu d'aller voir si nous avions un problème aéro, car la voiture était bonne en qualifications."

Günther Steiner, Team Principal, Haas F1 Team

"À Barcelone, encore une fois, nous n'étions pas sûrs que les pneus fonctionnent, mais quand on a un bon résultat, on y croit. Peut-être qu'en ayant ces bons résultats au début, nous avons été un peu pris en traître, car en sortant d'une très bonne saison comme 2018, nous avons peut-être aussi été un peu trop sûrs de nous ; nous ne le savons que maintenant."

"Quand on ne sait pas où l'on se trouve, on ne réagit pas correctement, et une fois que l'on comprend vraiment le problème – à savoir lors de la trêve estivale – il est trop tard. Après la trêve estivale, on ne pense plus au circuit, nous étions simplement trop loin. Il était donc mieux de se concentrer sur 2020."

Les pilotes Haas, en particulier Romain Grosjean, n'ont pas manqué de manifester leur inquiétude quant à l'efficacité et à l'impact des évolutions apportées à la VF-19 à Barcelone. Steiner, honnête, reconnaît que l'écurie ne les a pas écoutés car ils s'étaient qualifiés septième et huitième, loin devant leurs concurrents directs.

"Nous avons eu un bon résultat [en Espagne]", relate-t-il. "Nous l'avons vu de nouveau en qualifications, mais pas en course, car il y a eu [un accident]. Nous n'avons donc pas su ce qui aurait pu se passer en course, mais la voiture aurait pu être compétitive à Barcelone. Par conséquent, peut-être qu'à Barcelone, nous avons un peu trop cru que la voiture était bonne partout. Cette voiture était bonne à Barcelone en particulier. À l'époque, les pilotes disaient donc que c'était bien. Nous sommes passés en Q3, je crois que nous nous y sommes qualifiés sixième ou septième, c'était très bien. Alors comment pouvions-nous dire que ce n'est pas bien ? Nous nous avons peut-être été un peu aveuglés par le résultat de 2018."

"Avec le recul, c'est facile de dire que je réagirais différemment à ce qui s'est passé à Barcelone. Je dirais : 'Les gars, il faut faire une réunion, il y a quelque chose qui ne colle pas'. Nous avons fait confiance aux résultats plus qu'aux données et aux pilotes. Nous avons fait confiance à ce qui était facile et agréable à croire, à savoir le résultat, et non à la réalité, qui n'était pas séduisante."

Propos recueillis par Jonathan Noble

Article suivant
Honda voit du Senna dans ses liens avec Verstappen

Article précédent

Honda voit du Senna dans ses liens avec Verstappen

Article suivant

Photos - Les vainqueurs F1 des années 2010

Photos - Les vainqueurs F1 des années 2010
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Benjamin Vinel