Häkkinen - Ses circuits favoris pour les essais

Durant l’année 2015, Mika Häkkinen se livre au difficile exercice du billet

Durant l’année 2015, Mika Häkkinen se livre au difficile exercice du billet. Des témoignages rédigés par l’ancien pilote que nous vous proposons de découvrir en version française sur ToileF1.

Le Champion du Monde 1998 et 1999 profite cette fois des tests d’avant-saison pour évoquer les circuits de Silverstone et de Barcelone, ses tracés favoris pour les essais.

"Parfois, croyez-le ou non, l'équipe McLaren-Mercedes testait en deux endroits distincts simultanément, par exemple à Jerez et à Valence. Imaginez alors les capacités d'organisation et de logistique que cela impose ! J'étais très impressionné par la façon dont ces tâches très complexes étaient gérées : oui, c'était cher, en termes d'argent et de main-d'oeuvre, mais Ron Dennis a toujours veillé à ce que nous travaillions avec sagesse et efficacité. J'étais vraiment fier de faire partie de cette aventure, pour être honnête.

Silverstone et la complexité du vent

J'ai toujours considéré Silverstone et Barcelone comme les deux meilleurs circuits sur lesquels tester une Formule 1. Pourquoi ? Silverstone possédait et possède toujours - même dans sa nouvelle version - un très bon mélange de virages rapides, moyens et lents. La plupart d'entre eux sont difficiles à aborder et cette combinaison permet de tester les nouveautés aérodynamiques de manière adéquate mais aussi de travailler efficacement sur les suspensions.

J'ai toujours aimé Copse, en particulier : vous êtes à environ 300 km/h, vous virez à droite, à plat, et votre regard est rivé dans le coin supérieur droit afin de tenter de passer à fond. En revanche, le complexe Luffield tel qu'il était utilisé mettait en lumière toutes les défaillances de votre voiture. Pour être rapide à cet endroit, vous aviez besoin d'un avant efficace et de beaucoup de traction.

Silverstone est en un endroit plat et qui n'est pas protégé du vent, il y en a donc toujours beaucoup. L'orientation du vent modifiait vraiment la donne. Le pire était le vent contre, qui avait tendance à jouer avec la configuration aérodynamique de votre voiture. Il fallait travailler dur afin de déterminer des réglages qui pouvaient compenser cela.

Enfin, quatre jours d'essais à Silverstone offraient toujours un jour de pluie, ce qui est très utile en test. C'était à la fois un circuit d'essai magnifique et l'un des meilleurs circuits de course du monde. Lorsque j'ai remporté le Grand Prix de Grande-Bretagne en 2001, mon avant-dernière victoire en F1 en battant mes grands rivaux Michael Schumacher et Ferrari de 34 secondes, j'ai vécu l'une des après-midis les plus satisfaisantes de ma carrière.

Bon, l'Angleterre est moins bien pour manger, mais j'ai fini par prendre goût au fish'n'chips !

Barcelone, paradis de l'aéro

Barcelone est très différent. C'est le paradis des aérodynamiciens. De nombreux virages rapides, de longs balayages : pour être rapide, votre voiture doit avoir beaucoup d'appui et un équilibre parfait. C'est précisément ce qui fait la différence entre une voiture moyenne et une voiture championne.

J'ai toujours eu l'habitude de penser que si nous étions rapides lors des essais d'avant-saison à Barcelone, nous serions probablement efficaces partout. Nous y étions très à l'aise en 1998 et 1999 et nous avons conquis trois des quatre titres à décrocher durant ces deux saisons.

En termes de compétitivité, mes meilleures années furent donc 1998 et 1999, mais je dois également ajouter l'année 2000. Lors de chacune de ces trois saisons, j'ai gagné à Barcelone. C'est vous dire si ce circuit est significatif."

Traduction ToileF1 du témoignage de Mika Häkkinen pour le site officiel McLaren.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Michael Schumacher , Mika Hakkinen
Équipes McLaren , Mercedes , Ferrari
Type d'article Actualités