Haas n'a pas utilisé ses jetons de développement pour la VF-21

Haas F1 Team n'a décidément pas beaucoup développé sa monoplace 2021 par rapport à celle de l'an dernier, n'ayant même pas saisi l'opportunité d'utiliser des jetons de développement permettant de passer outre le gel des châssis.

Haas n'a pas utilisé ses jetons de développement pour la VF-21

C'est en réponse à la crise financière entraînée par la pandémie de COVID-19 qu'il a été décidé de geler les châssis de Formule 1 du 30 septembre 2020 au terme de la saison 2021, mais les évolutions aérodynamiques sont restées libres, et de surcroît, les écuries disposaient de deux jetons de développement pour modifier certaines zones de leur châssis en vue de la campagne à venir.

Lire aussi :

Logiquement, elles ne se sont pas fait prier, dans l'espoir de grappiller de précieux dixièmes de seconde. Cependant, chez Haas F1 Team – équipe en grande difficulté financière – le choix a été fait de consacrer le minimum de ressources, financières comme humaines, à la monoplace 2021 afin de se concentrer sur la nouvelle réglementation de 2022, à tel point que ces jetons de développement n'ont pas été utilisés. La VF-21 a simplement été adaptée aux ajustements apportés au Règlement Technique pour réduire l'appui aéro cette saison.

"Nous avons évidemment adapté la voiture à la nouvelle réglementation de cette année, principalement au niveau du fond plat", confirme le directeur d'équipe Günther Steiner, "mais nous avons aussi une carrosserie complètement nouvelle en raison des changements au niveau du moteur et du système de refroidissement." Un moteur qui, d'après Ferrari, a beaucoup gagné en puissance après une campagne 2020 difficile. "Je n'ai vu aucune donnée pour l'instant", tempère Steiner, qui a passé l'hiver chez lui aux États-Unis, loin de l'usine anglaise de Haas F1, en raison des restrictions de circulation. "Nous verrons à Bahreïn, mais il est censé y avoir un bon pas en avant cette année, que nous espérons traduire en résultats."

Haas VF-21

C'est en tout cas une saison 2021 particulièrement compliquée qui s'annonce pour une écurie Haas déjà cantonnée au fond de grille l'année dernière, où elle n'a marqué que quatre points. Steiner en est bien conscient, mais dans le même temps, il n'est pas résigné : "Je ne dirais pas que c'est une saison d'attente. J'appelle ça une saison de transition vers 2022. Nous avons fait ça [réduit le développement, ndlr] car cette année, si nous investissons beaucoup de temps, d'argent, de jetons, de temps en soufflerie, ce n'est qu'une année, et nous commencions tard l'an dernier de toute façon. La voiture n'était pas notre meilleure, donc si l'on prend tout en compte, il était inutile d'investir sur le court terme. Il était bien plus important d'investir à moyen et à long terme."

"Je n'appellerais donc pas ça une saison d'attente, car on fait toujours de son mieux en course. Ce n'est pas comme si nous voulions être derniers. Non, nous ne voulons pas être derniers. Nous ferons de notre mieux, et l'équipe a consenti beaucoup d'efforts pour tirer le meilleur de la courte période de développement que nous avons eue. Mais c'est une période de transition pour arriver à 2022, et nous ne devons pas oublier que nous avons deux pilotes débutants. Ça aussi, quand nous les avons annoncés, cela faisait déjà partie de notre plan global, nous voulons être prêts pour 2022 dans tous les domaines. Nous avons donc recruté deux pilotes qui sont jeunes et ont soif de victoire car ils n'étaient pas là avant, et nous aurons une bonne voiture pour eux en 2022."

Lire aussi :

Ces deux pilotes, ce sont Mick Schumacher et Nikita Mazepin, qui font tous deux leurs débuts en Formule 1 cette année après avoir passé deux ans dans l'antichambre de la Formule 1 ; l'an dernier, Schumacher a remporté le titre, alors que Mazepin s'est classé cinquième. Eux aussi espèrent que Haas va bien négocier le tournant de la réglementation 2022, tournant pour lequel Steiner ne manque pas d'ambition.

"J'aimerais revenir là où nous nous trouvions en 2018", déclare l'Italien, Haas ayant pris la cinquième place du championnat des constructeurs cette année-là. "Nous battre au sommet du milieu de tableau. Je suis toujours très réticent à donner une position ; parfois on perd, parfois on gagne, c'est le sport. On fait juste de son mieux. Mais dire avec entêtement 'je veux atteindre ce chiffre', c'est très difficile, car je ne sais pas ce que font les autres équipes. Mais si nous retrouvons nos performances de 2018, je serai très content."

partages
commentaires
Aston Martin : plus qu'une livrée verte, une structure à la Ferrari
Article précédent

Aston Martin : plus qu'une livrée verte, une structure à la Ferrari

Article suivant

Mercedes va devoir regrouper ses évolutions en 2021

Mercedes va devoir regrouper ses évolutions en 2021
Charger les commentaires