Formule 1
19 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
26 sept.
-
29 sept.
Événement terminé
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
C
GP d'Abu Dhabi
28 nov.
-
01 déc.
EL1 dans
16 jours

Haas ne craint pas pour sa réputation dans l'affaire Rich Energy

partages
commentaires
Haas ne craint pas pour sa réputation dans l'affaire Rich Energy
Par :
14 juil. 2019 à 08:36

Au cœur d'un imbroglio surréaliste avec son sponsor titre, l'écurie Haas F1 se montre néanmoins confiante et assure que sa réputation ne souffre pas de cette affaire.

En milieu de semaine, le PDG de Rich Energy, William Storey, a affirmé que l'accord de sponsoring avec l'écurie américaine avait été rompu au motif des "mauvaises performances" en piste. Après ce séisme, des actionnaires de l'entreprise ont tenté de prendre le contrôle des opérations et de sauver l'accord, tandis que Storey a persisté dans sa communication affirmative et provocatrice. Tandis que l'affaire semble loin d'être réglée, Haas F1 Team a conservé les logos de Rich Energy sur ses deux monoplaces ce week-end à Silverstone, tout en se tenant le plus possible à l'écart de la polémique.

 

"Qu'avons-nous fait de mal ?" rétorque le directeur d'écurie Günther Steiner, interrogé par Motorsport.com sur les possibles dégâts collatéraux de l'affaire. "Comment peut-on nuire à quelque chose si nous ne faisons rien de mal ? Vous pouvez penser que cela nuit, mais moi je ne le pense pas. Ce n'est pas notre combat." 

"Il y a une ligne claire. Ils nous payent pour de la publicité, et nous faisons notre boulot, donc je ne pense pas que cela nuise à l'équipe, car nous n'avons rien fait de mal. Nous avons tout fait dans les règles, donc ça donne en fait une bonne réputation car nous n'avons pas réagi, nous ne le pouvons pas. Je pense que nous sommes dans une bonne position car nous avons montré au monde que, même avec une controverse externe, nous ne faisons pas des choses que nous ne devrions pas faire. Nous travaillons avec professionnalisme et nous nous tenons à l'écart de choses que nous ne pouvons pas contrôler, et que nous n'avons pas le droit de contrôler, soit dit en passant. Il se passe ce qui doit se passer, et ensuite nous traitons avec eux." 

Lire aussi:

"Nous gardons notre ligne, comme on le fait dans la vie professionnelle. S'ils ont un problème, qu'il en soit ainsi. Il y a beaucoup de gens positifs qui pensent que nous faisons un excellent travail dans la manière de gérer ça, car c'est une situation qui est très inhabituelle, et nous nous comportons de manière très professionnelle."

Günther Steiner précise que l'équipe est dans une position d'attente quant à ce qui va se passer à la tête de Rich Energy, et estime qu'il y a encore des chances pour que l'accord de partenariat perdure. "Nous sommes en discussions", ajoute-t-il. "Comme vous pouvez l'imaginer, nous ne contrôlons pas ce qu'ils font en interne, et n'avons jamais voulu le faire. Je ne fais que le mentionner, je ne veux pas prendre part à ça, nous avons déjà beaucoup à faire."

"Ils sont en train de régler ce qui se passe et l'équipe qui veut prendre la relève veut continuer. C'est ce dont nous allons parler dans les semaines à venir, pour savoir si et comment nous continuons avec eux. Ils savent qu'ils doivent être d'accord entre eux quant à la façon d'aller de l'avant. Je n'ai pas de commentaire à faire, et je ne sais pas ce qui se passe, je n'ai pas besoin de savoir quoi que ce soit."

Ces derniers jours, William Storey a multiplié les déclarations et les sorties piquantes envers les performances de Haas, notamment sur les réseaux sociaux, mais là aussi, Steiner n'en prend pas particulièrement ombrage. "Ce n'est même pas gênant, car je ne sais pas ce qui va se passer", lâche-t-il. "Je ne contrôle pas ça, ça ne nous concerne pas. Je ne dirais pas que je m'en fiche, mais c'est comme ça. Nous allons travailler là-dessus, faire de notre mieux et il en sortira ce qui doit sortir. Nous ne pouvons pas et ne voulons pas contrôler ce qui se passe, comme je l'ai dit auparavant."

 

Article suivant
Sainz évoque un "désastre" en qualifs, Norris encore en Q3

Article précédent

Sainz évoque un "désastre" en qualifs, Norris encore en Q3

Article suivant

Formule 1 : il y a 40 ans, le premier succès "suisse" de Williams avec Clay Regazzoni

Formule 1 : il y a 40 ans, le premier succès "suisse" de Williams avec Clay Regazzoni
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Haas F1 Team
Auteur Basile Davoine