Simone Resta bientôt "concentré à 99%" sur la Haas 2022

Transfuge de Ferrari, le directeur technique Simone Resta doit principalement aider Haas à ne pas rater le tournant réglementaire de 2022.

Simone Resta bientôt "concentré à 99%" sur la Haas 2022

Pour la première fois dans sa jeune histoire, Haas F1 possède dans ses rangs un directeur technique à proprement parler. Dans le cadre des liens renforcés entre l'écurie américaine et Ferrari, mais aussi de l'entrée en vigueur du plafonnement budgétaire qui contraint les grosses équipes à se réorganiser, Simone Resta a quitté Maranello pour être mis à la disposition de Haas. L'ingénieur italien, également passé par Alfa Romeo Sauber ces dernières années, doit faire profiter une équipe en difficulté de toute son expérience.

Néanmoins, s'il a mis – dans la limite du possible – sa patte sur les évolutions techniques apportés à la monoplace 2021 cet hiver, la tâche qui l'attend désormais est de travailler quasiment à plein temps sur le projet 2022 pour ne pas rater le tournant réglementaire qui se profile.

"Il a passé les premières semaines à se familiariser avec ce que nous faisons", explique Günther Steiner, directeur de Haas, sur le site officiel de la F1. "Il a été impliqué sur la voiture de cette année : il y avait quelques changements de design en raison des modifications réglementaires [principalement au niveau du fond plat]. Mais désormais, 80% de son temps est dédié à 2022, et d'ici la fin du mois de février, ce sera concentré à 99% sur 2022."

Lire aussi :

Haas reste sur deux années sportivement très compliquées et a terminé neuvième du championnat constructeurs en 2020. L'écurie n'attend pas de révolution sur ce plan cette saison, avec un développement qui sera une nouvelle fois réduit à peau de chagrin et une nouvelle paire de pilotes débutants à gérer, constituée de Mick Schumacher et Nikita Mazepin. Néanmoins, la structure a l'ambition mesurée de faire mieux que l'an dernier.

"Nous nous préparons pour être meilleurs, mais je ne sais pas quelle sera la réalité", admet Günther Steiner. "Nous savons que ça pourrait être dur, mais nous y arriverons. C'est l'une des raisons pour lesquelles nous avons pris deux rookies, car c'est une année de transition et nous prévoyons de vivre des jours meilleurs en 2022."

"Nous nous préparons à une année difficile. On travaille toujours pour faire du mieux possible, mais il faut aussi être réaliste et ne pas se prendre à rêver que tout va soudainement bien se passer. Nous avons eu du mal l'an dernier et la voiture est globalement la même, alors pourquoi serait-ce beaucoup mieux ? Je ne crois pas que les autres commettront de grosses erreurs en améliorant des packages qui sont déjà bons."

"Nous savons que notre niveau de performance pourrait ne pas être des meilleurs, mais il y a beaucoup de travail en cours. C'est un peu comme si nous étions de retour en 2015 cette année, car nous avons tellement reculé l'an dernier que nous devons refaire deux pas en avant. Et c'est ce que nous sommes en train de faire."

partages
commentaires
Les obstacles que la F1 devra surmonter pour ses courses sprint

Article précédent

Les obstacles que la F1 devra surmonter pour ses courses sprint

Article suivant

Quand le numéro 44 triomphait pour la première fois

Quand le numéro 44 triomphait pour la première fois
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Mick Schumacher , Nikita Mazepin
Équipes Haas F1 Team
Auteur Basile Davoine