Haas suspecte les températures d'affecter ses performances

Haas soupçonne des problèmes de températures pour expliquer sa récente baisse de performance, qui s’est confirmée lors des premiers essais libres en Russie. 

Haas suspecte les températures d'affecter ses performances
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-16
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-16
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-16
Esteban Gutierrez, Haas F1 Team avec Gene Haas, président de Haas Automotion
Esteban Gutierrez, Haas F1 Team VF-16
Esteban Gutierrez, Haas F1 Team VF-16
Esteban Gutierrez, Haas F1 Team VF-16 passe devant Sebastian Vettel, Ferrari SF16-H, arrête sur la ligne droite principale
Esteban Gutierrez, Haas F1 Team

Durant la deuxième séance d’essais libres à Sotchi, Romain Grosjean s’est plaint à la radio, précisant que quelque chose ne fonctionnait pas sur sa monoplace depuis le Grand Prix de Chine. A l’instar de son coéquipier Esteban Gutiérrez, le pilote français a le sentiment de ne pas faire fonctionner ses pneus dans la bonne fenêtre d’exploitation. Son équipe cherche encore les solutions à ce problème nouveau. Lors des deux premières courses de la saison, en Australie puis à Bahreïn, la Haas VF-16 avait brillamment fonctionné, sans ces difficultés. 

"C’est très différent depuis la Chine, et j’attendais un peu plus de la voiture aujourd’hui", a confié Grosjean au terme de la journée de vendredi. "Je crois que nous avons un peu de mal avec quelques problèmes que nous avons commencé à avoir en Chine, à savoir faire fonctionner les pneus correctement. Et c’est la seule grosse différence que nous pouvons voir par rapport aux deux premières courses."

"J’espère que ça ira mieux pour demain : nous avons la bonne réponse et les gars vont travailler dur pour évaluer ce que nous pouvons faire. Mais nous devons analyser. Depuis le vendredi en Chine, je ne suis pas satisfait de ma voiture, et c’était à nouveau le cas aujourd’hui. Nous devons comprendre ce qui ne va pas et changer ça."

Pas un problème de voiture

Le sentiment est très similaire de l’autre côté du garage, avec un Gutiérrez qui cherche lui aussi à comprendre ce qui a rendu subitement difficile l’exploitation des gommes Pirelli. 

"Nous avons achevé le programme et c’était sans accroc, mais je ne suis pas si heureux dans l’ensemble car nous avons du mal à faire fonctionner les pneus dans la bonne fenêtre", a souligné le Mexicain. "Ils semblent être très, très sensibles, particulièrement ici avec les températures basses sur ce circuit, et c’est notre tâche principale pour ce week-end en pensant essentiellement à la course."

"Ce ne sera pas une question de dégradation, il sera question de la fenêtre dans laquelle on se trouve avec ces pneus par rapport à la dégradation et aux composés que nous utilisons."

Pour Günther Steiner, directeur de l’écurie américaine, il ne fait aucun doute que c’est bien l’exploitation des pneumatiques qui affecte les performances de la monoplace, et non un problème plus important avec le châssis. 

"Je ne sais pas si les autres équipes ont eu le même problème, mais je crois que c’est peut-être en raison d’un petit manque d’expérience pour nous", a-t-il admis. "Nous devons les faire fonctionner [les pneus]. Dans la voiture, nous n’avons rien changé, alors je crois qu’il n’y a rien qui ne va pas en ce qui concerne la structure de la voiture."

partages
commentaires
La FIA confirme les nouvelles règles moteur pour 2017
Article précédent

La FIA confirme les nouvelles règles moteur pour 2017

Article suivant

Ricciardo - La visibilité est très bonne avec l'Aeroscreen

Ricciardo - La visibilité est très bonne avec l'Aeroscreen
Charger les commentaires