Häkkinen : "Je ne suis pas sûr qu'intimider Hamilton fonctionne"

Mika Häkkinen se régale devant le duel que se livrent Max Verstappen et Lewis Hamilton, avec la conviction que la motivation du Britannique a été décuplée par les événements du week-end d'Interlagos.

Häkkinen : "Je ne suis pas sûr qu'intimider Hamilton fonctionne"

Observateur attentif et passionné du duel qui oppose Max Verstappen à Lewis Hamilton pour le titre mondial, Mika Häkkinen se réjouit du suspense et de l'intensité qu'offre la saison 2021. Le double Champion du monde a assisté avec beaucoup de plaisir au nouvel épisode de l'affrontement le week-end dernier, lors du Grand Prix de São Paulo. Dans un week-end qui fera date tant il fut riche, deux événements ont évidemment retenu son attention.

Il y a bien entendu cette première passe d'armes entre les deux hommes, survenue au virage 4 dans le 48e tour, qui s'est soldée par un passage hors piste des deux prétendants au titre. "C'était un exemple d'à quel point Max est prêt à attaquer", selon le Finlandais, qui tient une chronique pour Unibet. Il y voit néanmoins une tentative d'intimidation du pilote Red Bull, tout en se félicitant de l'absence de sanction. Pour le moment, puisque le dossier pourrait être rouvert ce jeudi

"Garder le volant 'ouvert' est une manière simple d'intimider un adversaire, mais ça peut aussi provoquer un accrochage", explique Häkkinen. "Dans ce cas-là, on ne sait jamais ce qui pourrait se passer. Je ne suis pas sûr qu'intimider Lewis fonctionne. Il aime le défi, ça lui donne de la concentration supplémentaire !"

"Personnellement, j'étais content de voir la direction de course laisser Max et Lewis continuer. Les deux voitures ont quitté la piste et elles l'ont reprise dans le même ordre et sans dégâts. Comme avec la disqualification, je suis certain que ça a donné une motivation supplémentaire à Lewis."

L'équipe et lui ont canalisé leur colère pour la transformer en quelque chose de positif.

Mika Häkkinen

Car pour Häkkinen, l'autre point central du week-end demeure la disqualification infligée à Mercedes au terme des qualifications en raison d'un DRS non conforme. L'ancien pilote McLaren comprend la manière dont ont agi les commissaires tout comme leur verdict, aussi intransigeant soit-il, mais est convaincu que cela a finalement apporté un supplément d'âme inattendu dans le week-end de l'écurie de Brackley.

"Je pense également que le bénéfice de performance n'a pas été significatif", dit-il. "Ça pourrait peut-être même être un problème, car chaque élément de l'équilibre aérodynamique doit être parfait. Quoi qu'il en soit, les mesures étaient claires et la décision a été défavorable à Lewis et à l'équipe. C'est difficile à accepter pour n'importe qui et je peux comprendre ce qu'a ressenti l'équipe. Dans un sport dominé par les données, il serait intéressant que quelqu'un fasse l'analyse d'un DRS trop ouvert de 0,2 mm d'un côté !".

"Ce qui est toutefois très intéressant, c'est qu'en envoyant Lewis en fond de grille pour les Qualifications Sprint, je pense que l'équipe et lui ont canalisé leur colère pour la transformer en quelque chose de positif. Ça leur a donné plus de motivation, une réelle détermination pour aborder le Sprint comme étant la première partie du Grand Prix, la course du dimanche complétant leur stratégie. Quand on est pilote, on sait que le meilleur moyen de réussir est de canaliser son énergie pour aller plus vite. Ça ne sert à rien d'être émotif et d'aller trop vite. C'est tellement mieux de se dire 'OK, je vais aller chercher encore plus loin'."

Lire aussi :

partages
commentaires
Moteurs utilisés : où en sont les pilotes F1 au Qatar ?
Article précédent

Moteurs utilisés : où en sont les pilotes F1 au Qatar ?

Article suivant

Le Qatar convaincu qu'il y aura "beaucoup de dépassements" à Losail

Le Qatar convaincu qu'il y aura "beaucoup de dépassements" à Losail
Charger les commentaires