Hamilton admet un flou inévitable autour des sanctions de la FIA

Moins de deux semaines après leur accrochage à Spa-Francorchamps, et après la mise au point en interne chez Mercedes, Lewis Hamilton et Nico Rosberg se sont retrouvés lors de la traditionnelle conférence de presse du jeudi avant le Grand Prix...

Moins de deux semaines après leur accrochage à Spa-Francorchamps, et après la mise au point en interne chez Mercedes, Lewis Hamilton et Nico Rosberg se sont retrouvés lors de la traditionnelle conférence de presse du jeudi avant le Grand Prix d'Italie. Au centre des discussions, l'incident survenu en Belgique était encore dans toutes les têtes.

Si

Rosberg a depuis plaidé coupable et présenté ses excuses

, la FIA a maintenu sa décision en ne sanctionnant pas le pilote allemand, qui n'a pas évité le contact avec son coéquipier lors du deuxième tour du dernier Grand Prix. Pour ouvrir de nouveau ce dossier, il faudrait un élément nouveau, ce qui n'est pas le cas. Quant à la ligne tenue par les commissaires sportifs, elle suit la nouvelle logique entrée en vigueur depuis plusieurs courses, à savoir une souplesse plus grande concernant les contacts en piste.

De son point de vue, Hamilton ne se prononce pas sur l'absence de sanction. Il reconnait lui-même que la frontière en piste est parfois très compliquée à fixer, autant pour les pilotes que pour les observateurs extérieurs.

"Je pense que la FIA a un travail vraiment difficile, et particulièrement ces deux dernières années ils ont fait un travail exceptionnel dans la majorité des cas", a rappelé le Britannique. "Leur problème, c'est que le scénario est toujours différent, donc la même règle ne s'applique pas exactement. Parfois c'est difficile de dire quelle règle s'applique à la situation."

Le Champion du Monde 2008 ne cache pas une certaine interrogation quant au comportement à adopter en piste par rapport à la politique de sanction de la part de la FIA.

"Honnêtement, c'est une bonne question. Est-ce que cela signifie que nous pouvons maintenant tous dire que nous allons rouler beaucoup plus proches, et que si le gars devant sort de la piste est se retrouve hors course, rien ne se passera, et qu'ils seront plus détendus par rapport à ça ? Ou est-ce que cela signifie que si ça se produit de nouveau il y aura une pénalité ?", s'interroge-t-il. "Nous demandons en permanence à pouvoir faire la course. C'est difficile de manœuvrer une voiture à haute vitesse sans parfois avoir un contact, il y a une ligne très étroite. Je n'ai pas la véritable réponse à ça."

Au sein même du plateau, chaque pilote apporte un éclairage différent sur l'incident entre Rosberg et Hamilton, preuve que les interprétations sont multiples. Pour Fernando Alonso, il s'agissait d'un incident de course et Rosberg ne pouvait pas délibérément harponner le pneu arrière de son coéquipier. En revanche, Felipe Massa estime qu'une sanction s'imposait.

"Ce que j'ai vu lors de la dernière course n'était peut-être pas vraiment correct de la part de Nico", explique le Brésilien. "Je ne comprends pas pourquoi ils ne lui ont pas donné une pénalité, car c'était impossible de doubler Lewis à cet endroit. Dans le premier virage il a essayé d'être à l'extérieur, ce qui était OK, mais ensuite Lewis était devant et c'était impossible de le passer. Il devait freiner, mais il n'a pas freiné. […] Pour moi, Nico était sensé recevoir une pénalité."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Fernando Alonso , Lewis Hamilton , Felipe Massa , Nico Rosberg
Équipes Mercedes
Type d'article Actualités