Hamilton espère une fin de carrière comme Valentino Rossi

Lewis Hamilton espère qu'il pourra terminer sa carrière à son meilleur niveau, à l'image de Valentino Rossi en MotoGP. Il a aussi admis qu'il s'était fixé une date limite pour rester en Formule 1.

Hamilton espère une fin de carrière comme Valentino Rossi
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 Team W07
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 Team sur la grille
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 Team
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 Team
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 Team W07
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 Team
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 Team
Podium : le vainqueur Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Le vainqueur Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing

Valentino Rossi ne cesse d'impressionner en MotoGP : à 37 ans, le nonuple Champion du monde est passé tout près de remporter le titre l'an passé et a signé à Jerez, dimanche dernier, une victoire qui n'a souffert d'aucune contestation face à une opposition redoutable. S'il a choisi, en mars dernier, de rester deux saisons supplémentaires dans la discipline, l'Italien n'en demeure pas moins plus proche de sa fin de carrière que de ses débuts, mais semble aujourd'hui au top malgré le poids des années.

Plus jeune trentenaire, Lewis Hamilton, triple Champion du monde F1, contemple les prouesses de Rossi au guidon de sa Yamaha et espère être dans la même situation quand il sera au crépuscule de sa propre carrière.

"Valentino est un des plus vieux pilotes maintenant, mais il a toujours la capacité d'être au top", a déclaré le Britannique avant le Grand Prix d'Espagne de MotoGP. "Il a toujours la capacité de le faire, et j'espère que je serai dans la même position avant la fin de ma carrière."

Savoir s'arrêter

Après deux titres remportés en 2014 et 2015 et malgré un début de campagne 2016 difficile, Lewis Hamilton ne montre pas de signes de lassitude alors qu'il entame déjà sa dixième saison dans la discipline reine. Il se fixe cependant une sorte de date limite pour ne pas trop étirer sa carrière en longueur. "Je pense [à la retraite]", a-t-il expliqué. "Généralement quand j'y pense, j'ai ce contrat de trois ans. J'espère que j'en aurai un autre de trois ou quatre années après cela."

Il sait cependant que savoir s'arrêter au bon moment n'est pas forcément l'apanage des grands sportifs et que si le succès venait à se poursuivre cela pourrait l'encourager à rester au lieu de le convaincre de quitter la discipline au sommet.

Concernant l'idée de partir sur un titre mondial, un luxe que peu de Champions du monde ont pu s'offrir volontairement, il répond : "Nous sommes tous avides, nous en voulons toujours plus. Vous savez que vous venez juste de remporter le championnat, vous vous sentez toujours en bonne santé, vous vous sentez toujours en pleine forme. En plus vous savez que l'année suivante va être la même année, ça va juste être bon."

"Donc vous ne voulez pas arrêter et laisser ça à l'autre gars. Vous voulez rester et l'avoir à nouveau. Donc je pense que c'est une chose difficile à faire et je ne sais pas encore si j'ai la maturité et la force pour m'éloigner de quelque chose que j'aime depuis que j'ai 5 ans. Seul le temps le dira."

Pas d'autre rôle en F1

Toutefois, s'il arrête en tant que pilote, il estime qu'il serait très improbable de rester en F1 dans un autre rôle. Il n'écarte cependant pas la possibilité de continuer à piloter dans une autre catégorie ou même, tout simplement, de raccrocher définitivement les gants et le casque.

"Je peux seulement imaginer que j'aurai des symptômes de sevrage quand je prendrai une année sabbatique à la fin, et que je voudrai probablement toujours courir, mais qui sait ? Ça pourrait être totalement l'inverse. Je pourrais [ne pas ressentir cela], je pourrais juste disparaître pour la vie !"

"Je pense que le but pour tout athlète qui est à son meilleur niveau... mais c'est difficile à savoir... c'est comme au jeu, vous ne savez pas quand quitter la table. Quand vous êtes en haut, vous gagnez et ensuite juste un [tour] de plus puis vous êtes en bas et vous partez, et ça craint. Partir au top serait exceptionnel. Mais vous ne savez pas quand vous en avez l'opportunité... Je ne veux pas m'arrêter maintenant, quand je suis en haut."

Avec Jonathan Noble et Roberto Chinchero

Présentation vidéo du GP de Russie

 

partages
commentaires
Palmer - Après la Chine, "ce n'était pas beau à voir" chez Renault
Article précédent

Palmer - Après la Chine, "ce n'était pas beau à voir" chez Renault

Article suivant

La Brawn GP de Button va reprendre la piste

La Brawn GP de Button va reprendre la piste
Charger les commentaires