Hamilton : Un "mauvais choix" de faire 2 tours mais "l'argent est roi"

Lewis Hamilton estime que la Formule 1 a "fait un mauvais choix" en prenant la décision de ne faire que deux tours pour assurer un résultat au GP de Belgique, jugeant que cette décision a été prise pour des raisons financières.

Hamilton : Un "mauvais choix" de faire 2 tours mais "l'argent est roi"

De fortes averses ont empêché le Grand Prix de Belgique de démarrer pendant plus de trois heures ce dimanche à Spa, entraînant une longue attente pour de meilleures conditions. Celles-ci ne sont jamais arrivées et, après avoir stoppé l'horloge des trois heures maximum que doit normalement durer une épreuve à partir de son horaire de départ, la FIA a finalement fait le choix de lancer les pilotes derrière la voiture de sécurité à 18h17, assurant alors deux tours en piste pour entériner les résultats d'une épreuve qui n'aura eu de course que le nom.

Officiellement troisième, Lewis Hamilton s'est montré très critique envers la gestion sportive de la course. "L'argent est roi. Et c'était littéralement deux tours pour commencer la course, c'est le scénario de l'argent", a-t-il déclaré pour Sky Sports après s'être dit "vraiment déçu" que les fans aient été "privés d'une course" et qu'ils mériteraient d'être remboursés.

"Tout le monde a donc son argent, et je pense que les fans devraient récupérer le leur aussi, parce que malheureusement, ils n'ont pas pu voir ce pour quoi ils sont venus et ont payé. C'est dommage que nous ne puissions pas faire la course demain. Mais oui. Et j'aime aussi cette piste. Je suis tellement triste qu'on ne puisse pas le faire, mais aujourd'hui ce n'était pas une course."

Lire aussi :

Hamilton a déclaré qu'il y aurait des "discussions" avec les responsables de la F1, et a critiqué la décision de terminer les deux tours pour s'assurer qu'il y ait un résultat officiel. "Je pense que la discipline a fait un mauvais choix aujourd'hui."

"Bien sûr, nous voulions faire la course. Il y a un minimum de deux tours que vous devez faire pour que cela compte comme une course, et entre le premier et le deuxième arrêt, il n'a pas cessé de pleuvoir. Il n'y a qu'une seule raison pour laquelle ils nous ont renvoyés [en piste]. C'est pourquoi je me sens plus mal pour les fans."

Hamilton a été entendu à la radio pendant les premiers tours de formation derrière la voiture de sécurité avant le premier drapeau rouge, indiquant notamment que la visibilité était mauvaise et qu'il y avait peu d'adhérence. "Vous ne pouviez pas vraiment voir cinq mètres devant vous, la voiture disparaissait."

"[C'était] très difficile dans les lignes droites ne serait-ce que de savoir où était le feu clignotant [devant vous], et vous ne pouviez même pas aller à fond, parce que vous ne saviez pas sur quelle partie de la piste [la voiture de devant] serait. C'est dommage, parce que bien sûr je voulais courir, et je pense que ça aurait pu être une belle course s'il n'avait pas plu si fort."

partages
commentaires
Russell ravi de son podium, qu'importe la manière
Article précédent

Russell ravi de son podium, qu'importe la manière

Article suivant

Pérez sur son crash : "On sait comment sont les pneus…"

Pérez sur son crash : "On sait comment sont les pneus…"
Charger les commentaires