Hamilton : Parler du titre ce week-end, "c'est stupide"

Alors qu'il est en position d'être mathématiquement titré dès le Grand Prix des États-Unis ce dimanche, Lewis Hamilton n'a pas voulu s'étendre sur cette perspective et affirme être là pour la victoire, et rien d'autre.

Avec 59 points d'avance sur Sebastian Vettel au championnat pilotes et quatre courses restantes, le Britannique peut remporter une quatrième couronne mondiale dès Austin.

Cependant, il faut au minimum qu'il gagne ou soit deuxième, tout en espérant que l'Allemand termine hors du top 5 dans le premier cas et hors du top 8 dans le second. Si le scénario des dernières épreuves prouve que les choses peuvent rapidement prendre une tournure inattendue, Hamilton n'a pas l'intention de se relâcher et estime que la décision ne va pas se faire dimanche.

"[Vettel] se bat bien depuis le début de l'année", a-t-il déclaré en conférence de presse, ce jeudi. "Il a eu quelques problèmes techniques, mais la voiture est excellente. Ils ont connu quelques revers, mais ils seront très bons ce week-end. C'est pourquoi rien ne change pour moi, il faut que je maintienne la pression. Il n'y a aucune raison de se relâcher, il faut continuer à aller de l'avant."

"Parler du championnat ce week-end, c'est stupide. On ne peut pas s'attendre à ce que Sebastian et Ferrari connaissent encore un week-end difficile. Ils veulent gagner. Gagner ici, c'est le plus important pour moi, surtout après tout ce qui se passe dans ce pays. C'est la priorité pour moi. Et vous savez de quoi je parle."

Et justement, cette référence semble tout droit destinée à la question des tensions raciales en Amérique, qui a récemment connu de nouveaux soubresauts avec la protestation d'un certain nombre de sportifs américains, en NFL notamment, qui ont posé un genou à terre au moment de l'hymne américain, en signe de protestation contre le traitement jugé inégalitaire des Noirs et contre le président Donald Trump.

Et même s'il avait évoqué l'idée d'accompagner ce mouvement sur la grille à Austin, le triple Champion du monde assure qu'il n'a "rien prévu", avant d'ajouter : "On en a beaucoup parlé, de cette situation. Je connais beaucoup de gens ici aux États-Unis, je parle à beaucoup de Noirs et de Blancs ici. J'ai un très bon point de vue sur ce qui se passe aux États-Unis, et j'ai une opinion. Il y a un énorme mouvement, que je respecte beaucoup. Je le soutiens grandement. Mais je suis là pour gagner, c'est ma priorité."

"Une monoplace fun à piloter"

Sur un autre registre, si les problèmes de Ferrari sont une facette de cette seconde partie de saison, la forme de Hamilton en est une autre. Depuis le retour de la trêve, le numéro 44 a inscrit 118 points sur 125 possibles, grâce à quatre victoires et une seconde place sur les cinq dernières manches disputées, et ce en signant également quatre poles.

"Rien n'a changé pour moi, tout est pareil qu'avant la deuxième moitié de saison", assure-t-il. "Mentalement, c'est pareil pour moi. Peut-être que ça a changé de votre perspective, mais pas de la mienne."

Quand il explique ce qui lui permet de dompter la "diva" qu'est la W08 EQ Power+, il explique : "Je pense qu'il s'agit de connaître la voiture et de savoir comment on peut la pousser dans ses retranchements. On peut trouver un moyen d'exploiter ses faiblesses et de les contourner. C'est une monoplace fun à piloter parce qu'elle n'est pas parfaite. Il faut du talent pour trouver l'équilibre, et j'ai toujours adoré faire ça. Quand j'étais petit, mon kart n'était pas génial. Je pense que c'est tout."

"C'est cette compréhension de la voiture, bien meilleure cette année, surtout en deuxième moitié de saison, le fait de connaître ses forces et ses faiblesses. Mes ingénieurs et moi démarrons souvent le week-end avec un meilleur équilibre qu'à l'accoutumée, ce qui permet de prendre la bonne direction plus facilement pour le reste du week-end."

Un bon état d'esprit

Au-delà de l'aspect professionnel, le Britannique explique être épanoui personnellement. "Beaucoup de bonnes choses m'arrivent dans la vie et sont prévues dans les 18 prochains mois, c'est enthousiasmant et j'arrive à ces courses avec beaucoup de positivité, je suis dans un bon état d'esprit. L'équipe soutient beaucoup tout ce que je fais, c'est ce qui me permet d'en être là et j'apprécie beaucoup ça."

"Je suis bien plus qu'un simple pilote automobile. Je vois des choses positives arriver, et tourner dans une direction qui correspond à ce que je souhaite. Cela me permet d'avoir moins de pression et de prendre plus de plaisir que jamais auparavant."

Enfin, sur la question d'une éventuelle participation à l'Indy 500, deux semaines après avoir voulu essayé la bague du vainqueur de cette course arborée par Takuma Sato sur le podium de Suzuka, cela reste pour le moment loin des priorités de Lewis Hamilton, qui ne ferme toutefois pas la porte.

"Cela ne m'a pas donné envie de faire l'Indy 500. J'apprécie ce que c'est et j'étais très enthousiaste pour Fernando quand il y a participé, j'adore l'idée que des pilotes courent dans plusieurs catégories, et j'ai pu piloter une F1 sur un ovale. C'est très effrayant d'approcher les bankings à une telle vitesse. Peut-être qu'un jour j'aurai des opportunités, mais je ne prévois pas de faire quelque chose de sérieux pour l'instant."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP des États-Unis
Circuit Circuit of the Americas
Pilotes Lewis Hamilton
Équipes Mercedes
Type d'article Actualités
Tags austin