Hamilton : "Ce n'est pas Pirelli qui était en faute" à Bakou

Alors que la question des pneumatiques est de nouveau au centre des attentions en F1, Lewis Hamilton juge que les incidents de Bakou ne sont pas de la faute de Pirelli, laissant entendre en creux que des équipes ont surtout joué avec le feu.

Hamilton : "Ce n'est pas Pirelli qui était en faute" à Bakou

Le Grand Prix d'Azerbaïdjan 2021 a été marqué par deux sorties de piste à haute vitesse, pour Lance Stroll et Max Verstappen, provoquées par des défaillances pneumatiques. Après enquête, Pirelli a constaté que le problème était lié aux "conditions de roulage du pneu", sans plus de précisions, avant qu'une directive technique de la FIA ne révèle la véritable source des craintes, à savoir la façon dont certaines équipes cherchent à jouer avec les pressions pneumatiques.

À partir du Grand Prix de France qui se tient ce week-end, les procédures et les contrôles vont être renforcés pour éviter que les équipes ne soient tentées de faire rouler leurs monoplaces en dessous des prescriptions du manufacturier. Interrogé sur le sujet en conférence de presse au Circuit Paul Ricard, Lewis Hamilton, qui avait déjà allumé une mèche sur la façon dont Red Bull utilisait ses couvertures chauffantes, s'est ému qu'il ait fallu clarifier les règles sur le sujet.

Lire aussi :

"Je suis un peu partagé", a-t-il commencé. "En fin de compte, la sécurité est toujours la priorité. Et, pour moi et mon équipe, il y a toujours eu des règles et des directives claires quant à la façon dont nous devons opérer. J'ai donc été très surpris de voir qu'ils ont dû les clarifier, évidemment on en tire les conclusions que l'on veut."

"Je suis heureux qu'ils aient reconnu qu'ils devaient les clarifier, et je pense que ce qui est vraiment, vraiment important à partir de maintenant, la façon dont ils les font respecter. Parce qu'ils n'ont pas contrôlé la façon dont les pneus sont utilisés, leur pression, leur température, et il faut faire mieux. Je suis content qu'ils aient publié une [directive technique], mais ce qui importe désormais, ce sont les actions qui doivent suivre et leur vigilance pour s'assurer que tout le monde est sur un pied d'égalité."

La plupart du temps les pneus ne sont pas utilisés aux pressions demandées

Lewis Hamilton

Puis, interrogé sur l'intégrité des pneus Pirelli, le septuple Champion du monde a défendu le manufacturier avant de se fendre d'une phrase qui, en creux, rejette la faute sur les équipes qui ont été victimes de problèmes à Bakou. "Comme vous le savez, à chaque fois qu'il y a une défaillance, ils augmentent toujours les pressions. Donc cela veut dire quelque chose, que la plupart du temps les pneus ne sont pas utilisés aux pressions demandées."

"Nous n'avons pas eu de problème avec nos pneus. Et je crois que les pneus sont... Je pense qu'ils ont fait un excellent travail avec les pneus cette année, ils sont plus robustes qu'avant, et je pense que dans ce cas particulier, ce n'est pas Pirelli qui est en faute."

partages
commentaires
Gasly : "Encore un peu tôt" pour savoir ce que Red Bull fera en 2022

Article précédent

Gasly : "Encore un peu tôt" pour savoir ce que Red Bull fera en 2022

Article suivant

Verstappen : Pirelli ne peut pas "faire porter le chapeau" aux équipes

Verstappen : Pirelli ne peut pas "faire porter le chapeau" aux équipes
Charger les commentaires