Poids des F1 : Hamilton ne comprend pas l'augmentation incessante

Alors que les Formule 1 subiront une augmentation du poids minimum plus importante qu'attendu en 2022, Lewis Hamilton a fait part de son étonnement face à une tendance qui ne va pas selon lui dans la bonne direction.

Poids des F1 : Hamilton ne comprend pas l'augmentation incessante

Le Règlement Technique 2021 de la F1 dispose que les monoplaces ne doivent pas peser, sans carburant, moins de 752 kg. En 2022, pour accompagner la révolution technique qui sera mise en place, cette barre sera sensiblement rehaussée, avec un poids minimum sans essence de 790 kg.

Initialement, la limite devait se situer à 775 kg, en tenant déjà compte principalement du passage aux pneus 18 pouces et à des évolutions sur le plan sécuritaire, mais de nouvelles évolutions liées à la sécurité au niveau du châssis ont amené les instances à revoir ce nombre à la hausse, de 15 kg.

Les 790 kg sont à comparer aux 691 kg de la première saison de l'ère turbo hybride, en 2014, et aux 642 kg de la dernière campagne des V8 atmosphériques, en 2013. Cette valeur comprenant déjà le poids du pilote et son équipement, cela veut dire qu'avec le carburant embarqué (110 kg maximum), les F1 pourront peser jusqu'à 900 kg au départ de certaines courses.

Lire aussi :

Interrogé sur le sujet, Lewis Hamilton s'est montré défavorable à cette tendance. "Pour moi, cela soulève deux points. Je ne comprends pas pourquoi [les voitures sont] de plus en plus lourdes quand il y a toutes ces discussions sur le fait d'être plus durable, juste sur le principe d'une discipline allant dans cette direction. Mais en étant de plus en plus lourd, vous utilisez de plus en plus d'énergie. Donc ça ne semble pas nécessairement aller dans la bonne direction ou suivre le bon processus de réflexion."

"[Ensuite] les voitures plus légères étaient plus agiles, elles n'étaient pas aussi grosses, naturellement, et donc la course, la maniabilité de la voiture, étaient meilleures. Sur les pistes que nous empruntons, elles sont de plus en plus larges – comme [à Bakou], c'est assez large par endroits et bien sûr, c'est étroit à d'autres endroits."

"Par exemple, à Monaco, il a toujours été relativement impossible de dépasser, mais aujourd'hui les voitures sont si grandes qu'elles sont même trop imposantes pour la piste. Et, comme je l'ai dit, comme nous nous alourdissons de plus en plus, il y a plus d'énergie à dissiper – des freins plus grands, plus de poussière de frein, plus de carburant pour les déplacements. Donc, je ne comprends pas tout."

Lire aussi :

Le Champion du monde 2007 Kimi Räikkönen a pour sa part expliqué que l'augmentation du poids des voitures depuis qu'il court en F1 n'a jamais été un choc car elle a eu lieu progressivement. Toutefois, l'ampleur du changement frappe quand on regarde en arrière. "C'est beaucoup lorsque vous voyez les anciennes voitures à côté de celles de cette année ou même de l'année dernière."

"Certaines années, c'est 'comme elles ont l'air petites !'. Évidemment, nous ne sommes pas là pour faire du design. Je pense que si nous faisions encore courir les voitures du milieu des années 2000 ou de n'importe quelle année, cela ne ferait aucune différence pour la course. C'est juste que ça gaspille énormément d'argent pour en arriver là et rien d'autre n'a changé."

partages
commentaires

Related video

Mansour Ojjeh, le moteur caché de McLaren
Article précédent

Mansour Ojjeh, le moteur caché de McLaren

Article suivant

La F1 invite les équipes à s'intéresser aux pilotes américains

La F1 invite les équipes à s'intéresser aux pilotes américains
Charger les commentaires