Le dernier secteur, l'arme fatale de Hamilton pour signer la pole

partages
commentaires
Le dernier secteur, l'arme fatale de Hamilton pour signer la pole
Par : Fabien Gaillard
24 nov. 2018 à 15:29

La dernière séance de qualifications de la saison à Abu Dhabi n'a pas échappé à Lewis Hamilton, qui y a réalisé sa 11e pole en 2018, la 83e de sa carrière.

Si le vendredi avait été relativement discret de sa part et surtout marqué par l'évaluation du bloc moteur qui avait montré des signes de faiblesse à Interlagos, le Britannique est sorti du bois ce samedi matin avec la meilleure marque des EL3 et a confirmé rapidement lors des qualifications qu'il faudrait compter avec lui.

Peut-être plus que sa pole position, qui n'a jamais semblé vraiment faire de doute au vu du fait que, même avec un tour truffé d'erreurs et de légers travers en début de Q3, il avait déjà réussi à devancer tous ses adversaires, c'est peut-être le tour de Q2, en ultratendres, où personne n'est parvenu à revenir à moins de quatre dixièmes et ce malgré des pneus plus frais ou plus tendres, qui a le plus impressionné.   

Lire aussi:

Quoi qu'il en soit, il s'agit de sa 11e pole de la saison au volant d'une W09 qui aura de nouveau eu droit à un baiser de la part de son pilote. "C'était très émouvant pour moi, mes dernières qualifications au volant de cette voiture. Niveau émotionnel, ça a été les montagnes russes avec cette monoplace. Cela n'a pas toujours été facile avec elle, mais je suis très reconnaissant, notamment envers mon équipe, mes mécaniciens qui sont avec moi depuis trois ans. Aujourd'hui, c'était vraiment fun, j'ai pu m'exprimer, attaquer au maximum."

Quand il lui est demandé s'il pourra conserver sa monoplace à la fin de la saison, il répond au micro de David Coulthard : "C'est confidentiel. Il faudrait que je te tue si je te le disais ! Je suis content que cette voiture aille au musée de Mercedes-Benz à Stuttgart. De toute façon, je n'ai pas la place chez moi, elle ne rentrerait pas dans mon appartement !"

Puis, au moment d'analyser à chaud la Q3, il explique : "Honnêtement, je ne dis jamais qu'il y a un tour parfait, mais le premier tour n'était pas génial, il y a eu quelques excursions, un peu de mouvement sur le train arrière. Le dernier tour a démarré calmement et a été de plus en plus à l'attaque à mesure que j'avançais. Le dernier secteur a été déterminant pour moi et c'est vraiment là que j'ai réussi à faire la différence. J'ai fait mieux de quatre dixièmes, ce n'est pas facile de le faire d'un tour à l'autre. Valtteri [Bottas] a fait du très bon travail et je sais que Seb [Vettel] attaquait très fort." Avant d'ajouter, lors de la conférence de presse : "C'était une super séance. Très amusante."

Construire une dynamique pour 2019

Lui qui n'avait auparavant signé aucune pole ni aucune victoire lors de Grands Prix suivant un sacre mondial en cours de saison, il vient de signer sa deuxième pole position coup sur coup, à ajouter à sa victoire à Interlagos. Pour autant, estime-t-il qu'il est important de maintenir sa forme après le titre ? "Pas vraiment, je ne sais pas. Je ne pense pas que ce soit important parce que je ne pouvais pas le faire par le passé, je ne faisais pas le travail. Cette année, à ce moment de ma vie, je veux continuer à repousser les limites et je voulais finir la saison sur une bonne note, afin de pouvoir continuer à bâtir de solides fondations et à utiliser cela pour démarrer la prochaine saison. Par le passé, c'était bien quand même quand je ne gagnais pas après le titre, mais je suis clairement heureux de la manière dont les choses se sont passées cette année. Je suis vraiment heureux aujourd'hui."

La pole est une chose mais il reste la course. Et même s'il aura sans doute à surveiller les attaques de son propre équipier et des Ferrari, la menace pourrait comme au Brésil venir de derrière, avec des Red Bull toujours impressionnantes en gestion pneumatique et en rythme de course. 

Lire aussi:

"Ils seront forts demain, ils le sont toujours en course, nous avons vu se dessiner un schéma où ils sont plus rapides en essais libres, puis ont du mal à être à notre niveau en qualifications, et en course ils reviennent. Ils sont probablement meilleurs que nous tous sur la gestion des pneus, car ils n'ont pas à gérer autant que tout le monde. Qu'importe pourquoi, mais ce n'est pas un circuit si simple pour dépasser."

Du côté de Toto Wolff, directeur exécutif de Mercedes, on réitère la volonté de lâcher les chevaux pour cette dernière de la saison, tout en saluant le travail du quintuple Champion du monde : "Nous faisons ça pour le plaisir de la course ce week-end, la pression négative n'est plus là. C'est un bon samedi. C'est incroyable qu'il [Hamilton] soit capable de préserver ce niveau d'énergie. Il avait déjà le titre, il nous a obtenu celui des écuries. Il est en grande forme", a-t-il déclaré à Sky Sports. 

 
Article suivant
Vettel : "J'ai cru qu'on aurait notre mot à dire" pour la pole

Article précédent

Vettel : "J'ai cru qu'on aurait notre mot à dire" pour la pole

Article suivant

Alonso : "21-0 avec la même voiture, personne d'autre n'a fait ça"

Alonso : "21-0 avec la même voiture, personne d'autre n'a fait ça"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP d'Abu Dhabi
Catégorie Qualifications
Pilotes Lewis Hamilton Boutique
Équipes Mercedes Boutique
Auteur Fabien Gaillard