Formule 1
12 mars
-
15 mars
Prochain événement dans
47 jours
C
Grand Prix de Bahrein
19 mars
-
22 mars
Prochain événement dans
54 jours
02 avr.
-
05 avr.
Prochain événement dans
68 jours
C
Grand Prix de Chine
16 avr.
-
19 avr.
Prochain événement dans
82 jours
30 avr.
-
03 mai
Prochain événement dans
96 jours
C
GP d'Espagne
07 mai
-
10 mai
Prochain événement dans
103 jours
C
GP de Monaco
21 mai
-
24 mai
Prochain événement dans
117 jours
04 juin
-
07 juin
Prochain événement dans
131 jours
C
GP du Canada
11 juin
-
14 juin
Prochain événement dans
138 jours
25 juin
-
28 juin
Prochain événement dans
152 jours
C
GP d'Autriche
02 juil.
-
05 juil.
Prochain événement dans
159 jours
C
GP de Grande-Bretagne
16 juil.
-
19 juil.
Prochain événement dans
173 jours
C
GP de Hongrie
30 juil.
-
02 août
Prochain événement dans
187 jours
C
GP de Belgique
27 août
-
30 août
Prochain événement dans
215 jours
03 sept.
-
06 sept.
Prochain événement dans
222 jours
C
GP de Singapour
17 sept.
-
20 sept.
Prochain événement dans
236 jours
C
GP de Russie
24 sept.
-
27 sept.
Prochain événement dans
243 jours
08 oct.
-
11 oct.
Prochain événement dans
257 jours
C
GP des États-Unis
22 oct.
-
25 oct.
Prochain événement dans
271 jours
C
GP du Mexique
29 oct.
-
01 nov.
Prochain événement dans
278 jours
C
GP du Brésil
12 nov.
-
15 nov.
Prochain événement dans
292 jours
C
GP d'Abu Dhabi
26 nov.
-
29 nov.
Prochain événement dans
306 jours

Hamilton a ressenti la pression de Bottas début 2019

partages
commentaires
Hamilton a ressenti la pression de Bottas début 2019
Par :
4 janv. 2020 à 14:00

S'il paraît très souvent imperméable à la pression, Lewis Hamilton n'en ressent pas moins les effets, y compris lorsqu'un certain Valtteri Bottas se montre performant.

A posteriori, la saison 2019 de Lewis Hamilton ressemble à une domination incontestée : 11 victoires, 17 podiums, 5 pole positions et un titre acquis avec une avance de 87 points sur son dauphin Valtteri Bottas. Pourtant, le sextuple Champion du monde l'assure, il a ressenti la pression d'un coéquipier devenu plus menaçant en début de saison. Après une année 2018 vierge de tout succès et qui lui avait valu des critiques, Bottas s'était imposé dès le premier Grand Prix en Australie et occupait encore la tête du championnat après son succès à Bakou, fin avril. Ce n'est qu'ensuite qu'Hamilton a peu à peu inversé la tendance de manière irrémédiable.

"Les qualifications étaient bonnes à Melbourne mais j'ai perdu la course", se souvient Hamilton. "J'avais des dégâts [sur le fond plat] et je me suis retrouvé assez loin. Généralement, les premières courses ne sont pas parfaites pour moi. Elles restent pas mal, toujours mieux que la moyenne, mais il y a ensuite eu toutes les pressions extérieures avec les histoires de 'Valtteri 2.0' et je me suis dit : 'Nous sommes à 2-2 à ce stade, deux victoires chacun'. Je devais rester solide dans ma tête, je ne pouvais pas laisser l'extérieur [m'affecter]… mais quand on est humain, c'est très dur de ne pas remarquer ces choses-là."

Lire aussi :

Après la prise de pouvoir de Bottas à Bakou, Hamilton a signé une série de quatre victoires consécutives, lui permettant de prendre l'ascendant. Si l'on excepte l'erreur commise à Hockenheim, où il n'a finalement pris que la neuvième place, sa route vers le titre a été empreinte d'une très grosse régularité. Il est d'ailleurs le seul à avoir terminé dans les points lors de chacun des 21 Grands Prix de la saison. S'il admet avoir recherché davantage de constance en course, Hamilton réfute l'idée de s'être montré plus sage que par le passé en qualifications.

"Avoir plus de régularité en course était vraiment important pour moi", confie le Britannique. "C'est fou parce que nous sommes arrivés au mois d'août et je me suis dit : 'Bon sang, j'ai huit victoires' , et l'équipe a décroché quelque chose comme 14 victoires [15, ndlr]. Tu as tendance à oublier ce genre de choses car tu regardes juste devant toi et le temps passe. Mais ce n'était pas intentionnel de ne pas faire des choses épatantes."  

"J'ai été en quête de ce tour qui en met plein la vue cette année. Et franchement, j'ai fait de bons tours, mais ils n'ont pas forcément été vus comme ça. Je pense que certaines de mes deuxièmes places qui séparaient les Ferrari [en qualifications] étaient pour moi relativement impressionnantes, mais vu que je n'étais pas en pole avec une demi-seconde d'avance ça ne semblait pas être le cas pour vous. Pour moi, intérieurement, ça l'était."

Article suivant
Ferrari : La saison 2020 décisive pour l'avenir de Schumacher

Article précédent

Ferrari : La saison 2020 décisive pour l'avenir de Schumacher

Article suivant

Fabio Quartararo est votre pilote de l'année 2019 !

Fabio Quartararo est votre pilote de l'année 2019 !
Charger les commentaires