Hamilton et le racisme : "Première fois que je n'étais pas seul"

Après les attaques racistes dont il a été victime suite au GP de Grande-Bretagne, Lewis Hamilton a salué le soutien dont il a bénéficié de la part de la Formule 1, déclarant qu'il s'agissait de "la première fois [qu'il n'était] pas seul".

Hamilton et le racisme : "Première fois que je n'étais pas seul"

Après sa victoire au Grand Prix de Grande-Bretagne, qui faisait suite à l'accrochage du premier tour avec Max Verstappen, Lewis Hamilton a été victime d'attaques racistes sur les réseaux sociaux. Cette situation a incité la F1, la FIA et Mercedes à rapidement publier un communiqué conjoint pour condamner ces messages.

Par la suite, le Britannique a reçu une véritable vague de soutien de la part des autres écuries et pilotes de la grille. S'exprimant pour la première fois publiquement sur le sujet, Hamilton a indiqué que cette situation n'était "pas nouvelle" pour lui, mais que la réponse des instances et des acteurs avait en revanche fortement contrasté avec les situations précédentes.

"Ce que je dirais, c'est que c'était incroyable de voir le soutien de la discipline, de mon équipe et de certains pilotes", a déclaré Hamilton lors de la conférence de presse de la FIA jeudi, avant le Grand Prix de Hongrie. "J'ai senti pour la première fois que je n'étais pas seul dans ce sport. Parce que pendant des années [...] personne n'a jamais rien dit."

Lire aussi :

"Quand c'est arrivé en 2007, personne n'a dit quelque chose. C'est donc vraiment génial de voir les progrès que nous avons accomplis. Bien sûr, nous ne pouvons pas tolérer cela, et il n'y a pas de place pour ce genre d'abus. Mais si je dois en faire les frais dans cette industrie pour que les gens en prennent conscience, alors cela fera partie de mon parcours, c'est pourquoi je suis ici."

L'année dernière, Hamilton a déclaré que le manque d'action pour combattre le racisme auquel il a été confronté au début de sa carrière était "tout à fait logique", à la suite des commentaires de l'ancien patron de la F1, Bernie Ecclestone.

En avril, Hamilton a appelé les responsables de réseaux sociaux à faire davantage pour combattre le racisme en ligne, avant un boycott temporaire de leurs plateformes qui a pris naissance dans le football anglais. Il a récemment révélé les conclusions de la Commission Hamilton, qui vise à créer une industrie plus représentative de la société dans son ensemble.

Mercedes a modifié la livrée de ses voitures pour adopter, en lieu et place de l'argenté historique, le noir avant la saison 2020, dans un message contre le racisme, et a conservé le même design cette année.

partages
commentaires
Verstappen explique pourquoi Hamilton méritait une sanction plus sévère

Article précédent

Verstappen explique pourquoi Hamilton méritait une sanction plus sévère

Article suivant

Russell : Pas de règle pour juger l'accrochage Verstappen/Hamilton

Russell : Pas de règle pour juger l'accrochage Verstappen/Hamilton
Charger les commentaires