Formule 1
28 mars
Événement terminé
C
GP du Portugal
02 mai
EL1 dans
15 jours
09 mai
Prochain événement dans
21 jours
C
GP d'Autriche
04 juil.
Prochain événement dans
77 jours
C
GP de Hongrie
01 août
Course dans
108 jours
C
GP de Belgique
29 août
Course dans
136 jours
C
GP des Pays-Bas
05 sept.
Course dans
143 jours
C
GP de Russie
26 sept.
Course dans
164 jours
C
GP de Singapour
03 oct.
Prochain événement dans
168 jours
10 oct.
Course dans
178 jours
C
GP des États-Unis
24 oct.
Course dans
193 jours
C
GP de Mexico
31 oct.
Course dans
200 jours

Hamilton remet en question l'idée de salaires plafonnés

Le projet d'un plafonnement des salaires des pilotes ne convainc pas Lewis Hamilton qui, s'il ne se sent pas concerné, ne voit pas pourquoi ses successeurs gagneraient moins.

Hamilton remet en question l'idée de salaires plafonnés

Alors que la réduction des coûts reste à l'ordre du jour, un accord de principe a été trouvé fin 2020 pour plafonner les salaires des pilotes à 30 millions de dollars (25M€ au taux de change actuel) par écurie en 2023. Ces salaires ne sont actuellement pas inclus dans le plafond budgétaire de 145M$, qui sera abaissé à 140M$ l'an prochain puis 135M$ en 2023.

Cette limite de 30M$ ne poserait pas problème à beaucoup d'écuries, si ce n'est Mercedes, Ferrari et Red Bull ; Franz Tost, directeur de la Scuderia AlphaTauri, aurait été bien plus radical. "De toute façon, les pilotes gagnent trop d'argent, ils devraient en avoir bien moins", a-t-il déclaré il y a quelques mois. "Si je devais dire quelque chose, j'arriverais avec un plafond budgétaire de dix millions, quelque chose comme ça ! [rires]" L'Autrichien a ajouté, plus sérieusement : "De toute façon, ils devraient s'estimer heureux de prendre place dans une voiture tellement fantastique et d'avoir un si bon job."

Lire aussi :

Lewis Hamilton, qui est le pilote le mieux payé du plateau en dépassant ce plafond à lui tout seul, est loin d'approuver les propos de Tost – et sa réponse donnait un léger indice sur son avenir : "Je crois que les salaires sont censés être plafonnés, probablement, quand je ne serai même plus là."

"Je pense vraiment que les pilotes sont naturellement les stars de la F1. Ce sont eux qui sont vus comme ceux qui ramènent les marques, leur réputation aide la F1 à se faire connaître et à voyager dans le monde entier. Si l'on regarde d'autres sports, il y en a où il y a eu des plafonds salariaux, comme la NFL ou le basket-ball [la NBA, ndlr]. La seule différence, c'est que dans ces cas-là, les sportifs sont propriétaires de leur image dans de nombreux domaines, ils peuvent donc tenter d'en tirer le meilleur ailleurs. Mais la F1 contrôle l'image du pilote."

"Bref, je n'y suis pas opposé personnellement. En fin de compte, ce n'est pas à moi de décider. Mais je pense aux stars de l'avenir qui arrivent et je ne vois pas vraiment pourquoi elles devraient être restreintes si elles apportent quelque chose à la F1. Ce sport génère des milliards de dollars, et les pilotes devraient être récompensés pour ce qu'ils lui apportent."

Lire aussi :

Ce plafond salarial doit encore être ratifié par le Conseil Mondial du Sport Automobile de la FIA, ce qui n'a pas été le cas lors de la dernière réunion de ce dernier, mais sa mise en œuvre en 2023 laisse assez de temps pour le faire plus tard.

Propos recueillis par Alex Kalinauckas

partages
commentaires
Comment le handicap aéro va changer la Formule 1

Article précédent

Comment le handicap aéro va changer la Formule 1

Article suivant

Nikita Mazepin devrait courir sous drapeau neutre

Nikita Mazepin devrait courir sous drapeau neutre
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Lewis Hamilton
Équipes Mercedes
Auteur Benjamin Vinel