Hamilton a pris des risques avec son aileron avant

Mercedes a quantifié la perte de performance engendrée par les dégâts constatés sur l'aileron avant de Lewis Hamilton à Djeddah.

Hamilton a pris des risques avec son aileron avant

Vainqueur d'un Grand Prix d'Arabie saoudite qui fera date, compte tenu des nombreux incidents qui l'ont émaillé, Lewis Hamilton est parvenu à ses fins malgré une monoplace qui a mordu la poussière. Solide, la Mercedes du septuple Champion du monde a tenu le choc, mais les dégâts survenus sur son aileron avant auraient quand même pu tout changer, y compris dans la quête du précieux point du meilleur tour en course.

L'aileron avant de la W12 a souffert une première fois lors du restart de la course, quand il y a eu un contact avec l'Alpine d'Esteban Ocon à l'entrée du premier virage. Puis un second choc, plus violent cette fois, est survenu quand Hamilton a heurté Max Verstappen par l'arrière, après ce qui a été sanctionné et qualifié de "pilotage erratique" par les commissaires sportifs.

Après cet incident, qui n'a pas empêché le Britannique de se porter définitivement en tête quelques instants plus tard, Mercedes a observé une perte de performance notable sur sa monoplace, estimée à près d'une demi-seconde au tour.

"Nous avons d'abord commencé par probablement un dixième ou deux seulement [de déficit], après qu'il s'est fait prendre en sandwich et qu'Esteban a roulé dessus", explique Andrew Shovlin, directeur de l'ingénierie piste de Mercedes. "Nous avons eu de la chance car il [l'aileron avant] semble avoir juste heurté le sol. Nous avons perdu quelques morceaux, mais pas plus de dégâts. Mais après Max, nous avons perdu tout le côté : ça se rapprochait donc de quatre dixièmes de performance [en moins]."

Pourtant, malgré cet élément très endommagé, Hamilton a continué d'attaquer, notamment pour assurer le point du meilleur tour en course tandis que Verstappen devait lui aussi composer avec une Red Bull endommagée. Une approche probablement dictée par le fait que le futur vainqueur n'avait pas vraiment conscience de l'ampleur des dégâts sur son aileron avant.

"Il est très déterminé", rappelle Shovlin. "À ce moment-là, nous étions très partagés. On voyait que d'autres avaient du mal avec les pneus et l'on pouvait voir qu'il n'y avait aucune garantie pour que l'aileron reste sur la voiture après ce qu'il avait subi."

"C'est une décision difficile à prendre, d'aller chercher ce point ou de jouer la sécurité. Lewis savait très bien que ça le mettrait à égalité [de points avec Verstappen au championnat]. En fin de compte, c'est Lewis qui a pris la décision, probablement facilitée par le fait qu'il ne pouvait pas voir son aileron avant. S'il l'avait vu à la télévision comme nous, il aurait peut-être davantage réfléchi."

Lire aussi :

partages
commentaires
Russell : "Le sport auto a beaucoup à apprendre" du chaos de Djeddah
Article précédent

Russell : "Le sport auto a beaucoup à apprendre" du chaos de Djeddah

Article suivant

Vidéo - Le tour hommage de Damon Hill pour Frank Williams

Vidéo - Le tour hommage de Damon Hill pour Frank Williams
Charger les commentaires