Hamilton/Verstappen : le rapport définitif des commissaires

Découvrez le rapport complet et argumenté des commissaires sportifs du Grand Prix de São Paulo, qui ont rejeté la demande de révision de Mercedes concernant la passe d'armes à Interlagos entre Max Verstappen et Lewis Hamilton.

Hamilton/Verstappen : le rapport définitif des commissaires

L'affaire est désormais classée et appartient à l'histoire. L'incident survenu lors du Grand Prix de São Paulo entre Lewis Hamilton et Max Verstappen ne fera pas l'objet d'une enquête. Ainsi en ont décidé les commissaires sportifs de l'épreuve d'Interlagos, malgré une demande de révision formulée cette semaine par l'écurie Mercedes

Pour rappel, les deux prétendants au titre étaient sortis de la piste au virage 4, dans le 48e tour, après une tentative de dépassement du Britannique à l'aide du DRS et une défense du Néerlandais, qui avait conservé la tête de la course. Il l'avait perdue un peu plus tard après un dépassement cette fois réussi de son adversaire, vainqueur de la course. 

La direction de course avait "noté" l'incident mais les commissaires avaient ensuite estimé qu'aucune enquête n'était nécessaire. Un jugement prononcé sans disposer de la caméra embarquée pointée vers l'avant sur la voiture de Verstappen. Une fois les images disponibles, en début de semaine, Mercedes les a soumises comme "nouvel élément significatif" afin que les commissaires envisagent l'ouverture d'une enquête. Après plus de 24 heures d'examen et d'échanges, ils ont décidé que ce n'était pas le cas. Voici leur justification écrite qualifiant l'élément nouveau porté à leur connaissance : 

Indisponible

Il est indéniable que ces images n'étaient pas disponibles pour le Concurrent au moment de la Décision des Commissaires. Un seul canal vidéo de chaque voiture est disponible pour le diffuseur et les Commissaires à tout moment donné, et lors de l'incident au 48e tour, la caméra sélectionnée sur la voiture 33 était la caméra tournée vers l'arrière. Cela signifie qu'elle n'était pas disponible pour le Concurrent non plus. Bien qu'elles ne soient pas disponibles en direct, toutes les autres caméras embarquées sont enregistrées et disponibles au téléchargement après la course. Ce facteur est donc rempli.

Nouveau

De nombreux angles de caméra ne sont pas disponibles en direct pour les concurrents mais le sont pour les Commissaires. Les Commissaires se sont donc demandé si des images qui n'ont simplement pas été diffusées ou n'étaient pas disponibles pour les concurrents devraient être considérées comme nouvelles, en particulier à la lumière de l'argument selon lequel ce type de décision serait l'équivalent de "continuez à jouer" dans d'autres sports.

Le Concurrent a fourni comme pièce à conviction le Document 41 du Grand Prix d'Autriche 2020, où la caméra embarquée à 360° en l'occurrence, qui n'était disponible ni pour l'équipe ni pour les Commissaires au moment de l'audience initiale, est devenue disponible par la suite et a été considérée comme "nouvelle" par les Commissaires à l'époque.

Les Commissaires considèrent que ce cas est similaire et jugent donc ce facteur rempli.

Pertinent

Le Concurrent a avancé que les Images étaient pertinentes car elles étaient les seules à permettre d'analyser ensemble la position globale des voitures, l'angle de volant du pilote de la Voiture 33, la direction prise par les voitures et la proximité des voitures.

Si les Commissaires doivent souvent prendre une décision avec un ensemble de faits limité, il est vrai qu'en menant leur analyse, la caméra tournée vers l'avant était l'un des angles que les Commissaires recherchaient. Les Images sont une vue directe de l'incident, ne sont pas superflues et sont donc, d'après les Commissaires, Pertinentes.

Significatif

Pour savoir si ces Images sont "significatives", il faut surtout déterminer s'il est probable qu'elles changent la décision initiale des commissaires.

Dans l'exemple pertinent de l'Autriche 2020 avancé par le Concurrent, aucune des images disponibles et consultées au moment de la décision ne montrait un drapeau jaune visible pour le pilote (Lewis Hamilton). Cependant, les nouvelles images de la caméra 360°C, précédemment disponibles, qui ont été téléchargées le lendemain, montraient clairement que le drapeau jaune était visible depuis la voiture, et le pilote a été pénalisé pour ne pas avoir ralenti. Dans ce cas, les images ont absolument changé la décision des commissaires et étaient donc significatives.

Lors de l'audience, le Concurrent a demandé, si les Commissaires étaient sceptiques quant à l'importance des Images, d'avoir l'opportunité de présenter son point de vue à cet égard.

À la suite de cette première partie de l'audience, les Commissaires ont donné au Concurrent l'opportunité de le faire, puisqu'il y avait un précédent. Les images auparavant indisponibles ont été visionnées, et le Concurrent a également présenté les Images via une comparaison visuelle avec le tour précédent.

Comme noté ci-dessus, les Commissaires doivent souvent prendre une décision rapidement et avec un ensemble d'informations limité. Au moment de la décision, les Commissaires pensaient avoir suffisamment d'informations pour prendre une décision, ce qui s'est avéré correspondre globalement aux commentaires faits par les deux pilotes impliqués immédiatement après la course. S'ils avaient pensé que la vidéo de la caméra tournée vers l'avant de la Voiture 33 était cruciale afin de prendre une décision, ils auraient simplement placé l'incident sous enquête – avec enquête après la course – et rendu une décision lorsque cette vidéo était disponible. Ils n'ont vu aucun besoin de le faire.

La position du Concurrent est que ces nouvelles Images fournissent des informations suffisantes pour que les Commissaires en viennent à une conclusion complètement différente de la précédente. Cependant, les Commissaires déterminent que ces Images ne montrent rien d'exceptionnel qui soit particulièrement différent des autres angles qui leur étaient disponibles à ce moment-là, ou qui change leur décision prise à partie des images disponibles à l'origine. Contrairement au cas de l'Autriche 2020, les Commissaires jugent qu'il n'y a rien dans les Images qui change fondamentalement les faits. Même, cela ne montre rien qui n'ait pas été pris en compte par les Commissaires à ce moment-là. Par conséquent, les Commissaires déterminent que les Images, ici, ne sont pas "Significatives".

Conclusion

Les Commissaires établissent, à leur discrétion unique, que :

  • Avec les réserves mentionnées ci-dessus, cette décision est sujette au Droit de Révision ;
  • Que les Images sont Nouvelles ;
  • Que les Images n'étaient pas disponibles pour le Concurrent au moment de la décision sujette à la demande de révision ;
  • Que les Images sont Pertinentes ; mais
  • Que les Images ne sont pas Significatives ;

Les quatre points clés requis selon l'Article 14.1.1 ne sont pas respectés et les Commissaires, par conséquent, refusent le Droit de Révision du Concurrent.

Il est rappelé aux compétiteurs qu'en accord avec l'Article 14.3 du Code Sportif International, cette décision n'est pas susceptible d'appel.

Lire aussi :

partages
commentaires
Retour du DAS : Hamilton rejette la théorie
Article précédent

Retour du DAS : Hamilton rejette la théorie

Article suivant

Red Bull menace Mercedes de porter réclamation

Red Bull menace Mercedes de porter réclamation
Charger les commentaires