Hembery - S'il y a une limite, c'est qu'il y a une raison!

La victoire de Lewis Hamilton est menacée après que les commissaires se sont rendu compte que l'un des pneus de sa Mercedes avait une pression inférieure à celle imposée par Pirelli. C'était également le cas de son coéquipier Nico Rosberg.

Paul Hembery, directeur de la compétition chez le manufacturier italien, ne voit pas comment excuser le manquement de Mercedes au règlement, d'autant qu'il ne s'agit pas uniquement d'un problème de sécurité.

"En fin de compte, c'est de la performance," explique le Britannique à Motorsport.com. "Cela crée des problèmes d'intégrité au niveau du potentiel, mais aussi un avantage de performance. C'est tout un package, cela existe pour une raison. Si nous mettons une marge dans une situation, on ne peut pas l'enlever, car sinon, on se retrouve dans des scénarios."

Il y a deux semaines, la délamination du pneu de Sebastian Vettel avait été provoquée par pas moins de 63 entailles. La situation était meilleure, ce weekend, à Monza.

"Quelques entailles seulement, c'est très loin de Spa, c'était probablement comme un weekend de course normal," résume Hembery. "Je dois dire que le circuit a fait du très bon travail pour nettoyer la piste après les incidents. Cela doit progresser, Singapour est un autre exemple où parfois, il y a des accidents, et où nous devons nous assurer que la piste est bien nettoyée."

A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP d'Italie
Circuit Monza
Équipes Mercedes
Type d'article Actualités
Tags hembery, pirelli