Hill : L'accrochage de Monza "démontre un manque de maîtrise de soi"

Damon Hill, s'il connaît parfaitement bien la tension que peut représenter un duel pour le titre de Formule 1, critique l'accident de Lewis Hamilton et Max Verstappen à Monza.

Hill : L'accrochage de Monza "démontre un manque de maîtrise de soi"

L'accrochage de Lewis Hamilton et Max Verstappen au Grand Prix d'Italie, le deuxième de la saison déjà, est entré dans les livres d'histoire. L'accident des deux candidats au titre a eu lieu dans le premier enchaînement de l'Autodromo Nazionale di Monza, la Variante del Rettifilo, où Verstappen a attaqué Hamilton par l'extérieur avant de se retrouver tassé à l'intérieur pour la seconde partie de la chicane sans accepter d'emprunter l'échappatoire ou de se retirer, d'où un spectaculaire accident.

Hamilton et Verstappen sont déjà entrés en collision à Silverstone et à Monza cette année, et par pure coïncidence, c'était également le cas des deux prétendants au sacre en 1995, Michael Schumacher et Damon Hill. Ce dernier est particulièrement enthousiasmé par cette lutte extrêmement serrée pour le titre mais déplore qu'elle soit ternie ainsi ; comme les commissaires, il tend à considérer Verstappen comme responsable de cet incident en particulier.

Lire aussi :

"Ça rend [la course au titre] captivante", déclare Hill à Motorsport.com. "C'est passionnant et c'est fascinant. Je trouve juste ça dommage dans notre sport que cela dégénère inévitablement avec ces accidents. Je ne pense pas que ce soit une démonstration de talent. Cela démontre plutôt un manque de maîtrise de soi. C'était évitable. Reste à savoir s'il s'agit d'une erreur de jugement ou d'une réticence délibérée à céder. Tous deux font preuve de dureté, mais je pense qu'il faut avoir au moins une roue devant pour tenter de faire l'extérieur à quelqu'un, et Max n'a jamais été dans cette position."

Damon Hill, Williams FW17-Renault, en lutte avec Michael Schumacher, Benetton B195 Renault

Damon Hill et Michael Schumacher à la lutte en 1995

D'après Hill, le vibreur saucisse a eu un impact non négligeable sur la suite des événements : "Une fois qu'on fait ça, on est hors de contrôle. [Verstappen] avait l'option de prendre l'échappatoire plus tôt, je pense, d'éviter le contact et de retenter ailleurs, mais il ne l'a pas fait. Peut-être qu'il savait que si Lewis passait devant, il était cuit."

Lire aussi :

"Les conséquences sont assez terribles, et fort heureusement, Lewis est indemne. J'ai vu une photo de sa tête en train d'être écrasée par le pneu, et si Max avait relâché l'embrayage avec la tête contre le pneu, ça aurait pu être extrêmement grave. Mais ça, c'est hors du contrôle de Max."

Hill a également salué le doublé signé par McLaren, le premier de l'écurie depuis 2010, qui avait un point commun avec la victoire signée par l'Anglais au Grand Prix de Belgique 1998 : deux pilotes d'une écurie de milieu de tableau avaient l'opportunité de signer un doublé historique, mais encore fallait-il qu'ils ne s'accrochent pas. À l'époque, Hill avait persuadé le directeur d'équipe Eddie Jordan d'imposer une consigne d'équipe à un Ralf Schumacher peu coopératif même s'il avait finalement obtempéré ; cette fois, Lando Norris a montré son esprit d'équipe en se retenant d'attaquer Daniel Ricciardo avant de demander confirmation à son équipe qu'il valait mieux maintenir les positions telles quelles.

Pour McLaren, c'est la concrétisation d'un véritable retour aux avant-postes après les difficultés connues à partir de 2015, lors de l'ère Honda notamment. "J'ai fait du golf avec Zak [Brown, PDG de McLaren Racing] l'autre jour et je suis intéressé par la manière dont il a changé la dynamique chez McLaren et pris d'excellente décisions audacieuses. Recruter Andreas Seidl [comme directeur de McLaren Racing] en est une, manifestement. La voiture a l'air bonne. Elle avait l'air compétitive, n'est-ce pas ? Peut-être qu'elle n'était pas aussi bonne que les Mercedes ou les Red Bull, mais elle était compétitive. Daniel Ricciardo a fait preuve de bonnes qualités de leader avec maturité", conclut Hill.

Propos recueillis par Adam Cooper

partages
commentaires
Ricciardo : "Quelque chose s'est emparé de moi"

Article précédent

Ricciardo : "Quelque chose s'est emparé de moi"

Article suivant

Verstappen/Hamilton : la FIA aurait pu "marquer le coup" selon Horner

Verstappen/Hamilton : la FIA aurait pu "marquer le coup" selon Horner
Charger les commentaires