Honda et McLaren freinés par "un respect mutuel trop important"

Masashi Yamamoto estime qu'un trop grand respect entre Honda et McLaren, qui a entravé la communication, est l'une des raisons derrière l'échec du partenariat avec l'écurie britannique.

Honda et McLaren freinés par "un respect mutuel trop important"

Entre la fin des années 1980 et le début des années 1990, la voiture monopolisant la première place était bien souvent une McLaren-Honda. L'écurie et son motoriste ont vécu une période faste, remportant 44 Grands Prix et huit titres mondiaux en cinq saisons, avant le départ de Honda à la fin de la saison 1992. Mais les deux marques ont fini par se retrouver en 2015, lors du troisième come-back du constructeur japonais en catégorie reine.

Toutefois, l'emblématique association s'est achevée de manière prématurée après trois campagnes décevantes, marquées par de lourds problèmes de fiabilité et par de petites performances. Honda a alors trouvé refuge chez Toro Rosso (aujourd'hui connu sous le nom d'AlphaTauri), McLaren récupérant un bloc Renault.

Depuis ce divorce, Honda et McLaren ont reconnu que la communication avait été extrêmement difficile. Et selon Masashi Yamamoto, à la tête du programme F1 de Honda, ce problème de communication s'expliquait par un trop grand respect entre les deux parties.

"À l'époque McLaren, nous avons beaucoup appris d'eux mais nous avions un respect mutuel trop important", a-t-il expliqué. "C'est pourquoi nous avons eu un manque de communication. C'est dommage que le projet ne se soit pas bien passé."

Honda s'est d'abord associé à Toro Rosso en 2018 puis à Red Bull en 2019. Le partenariat avec le taureau rouge s'est conclu par le titre de Max Verstappen cette saison. Mais bien avant ce sacre, Honda avait déjà pris la décision de quitter le championnat en fin d'année, Red Bull prenant en charge l'exploitation des moteurs nippons. Et en dépit de l'issue heureuse de la saison 2021, le motoriste n'a jamais remis en question son choix.

"Honda a pris une décision très importante en quittant la F1, pour être neutre en carbone et aussi pour les clients du monde entier", a ajouté Yamamoto. "Même si nous avons eu de bons résultats cette année, nous n'avons jamais pensé à rester ici [en F1]."

Honda aidera Red Bull dans son nouveau département moteur, cependant Yamamoto a précisé que le développement serait "entièrement contrôlé par Red Bull, en accord avec la demande de Red Bull".

Lire aussi :

partages
commentaires
Bilan 2021 - Lance Stroll, le changement c'est pas maintenant
Article précédent

Bilan 2021 - Lance Stroll, le changement c'est pas maintenant

Article suivant

Pérez "amené à un autre niveau" par Verstappen

Pérez "amené à un autre niveau" par Verstappen
Charger les commentaires