Quand Honda a laissé filer l'opportunité de signer Vettel

Il y a une quinzaine d'années, Honda a eu l'opportunité de recruter Sebastian Vettel dans ses rangs. Ça ne s'est pas concrétisé, déplore Otmar Szafnauer.

Sebastian Vettel

En 2007, Sebastian Vettel était à la croisée des chemins. Pilote d'essais BMW Sauber et intérimaire convaincant au Grand Prix des États-Unis dans le baquet d'un Robert Kubica blessé à Montréal, le futur quadruple Champion du monde a pris la décision de quitter l'écurie pour rejoindre le giron Red Bull en étant titularisé d'emblée au sein de la Scuderia Toro Rosso. Ce choix de carrière allait être payant, puisque c'est au sein de l'équipe mère qu'il a remporté ses quatre titres mondiaux de 2010 à 2013.

Cependant, Vettel aurait-il pu emprunter une voie complètement différente ? Otmar Szafnauer, alors directeur de la planification stratégique et commerciale chez Honda F1, révèle avoir été approché par le jeune Allemand aux alentours de cette époque, bien que l'écurie japonaise fût alors en difficulté dans la hiérarchie.

"Seb est venu me voir et a dit : 'J'ai une fenêtre de deux semaines'", a confié Szafnauer. "Il était jeune, il devait avoir plus ou moins 19 ans. 'J'ai une fenêtre de deux semaines où je suis sans contrat chez Red Bull et – je crois – BMW. Ça t'intéresserait de me faire signer ?'. Il était une valeur inconnue à l'époque. Mais je me suis dit que ce gamin était bon ! Une fenêtre de deux semaines !"

"Je suis donc allé voir Gil [de Ferran, directeur sportif] et je lui ai dit : 'On a une fenêtre de deux semaines pour faire signer Seb Vettel'. Il a répondu : 'Ne t'inquiète pas, je garde l'œil sur lui'. 'Comment ça, tu gardes l'œil sur lui ? On a deux semaines !'. Bref, on ne l'a pas fait signer."

Vettel et Szafnauer se sont retrouvés en 2021, puisque l'Américain a joué un rôle clé dans le recrutement du pilote star d'Aston Martin – une écurie qu'il a finalement quittée en fin d'année pour rejoindre Alpine. Vettel, lui, a pris sa retraite après deux saisons passées au sein de la structure de Silverstone, ayant précédemment écumé les rangs de Toro Rosso, Red Bull et Ferrari.

Lire aussi :

Be part of Motorsport community

Join the conversation
Article précédent Comment la caméra Driver's Eye révolutionne la F1 à la TV
Article suivant Ford officialise son retour en F1

Top Comments

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Sign up for free

  • Get quick access to your favorite articles

  • Manage alerts on breaking news and favorite drivers

  • Make your voice heard with article commenting.

Motorsport prime

Discover premium content
S'abonner

Edition

Suisse