Honda surpris par les pannes chez Mercedes et Ferrari

Directeur technique de Honda F1, Toyoharu Tanabe a été surpris de voir Mercedes et Ferrari subir des pannes sur leurs unités de puissance évoluées, compte tenu de leur fiabilité habituelle.

Honda surpris par les pannes chez Mercedes et Ferrari

Deux des six moteurs Mercedes neufs utilisés au Grand Prix de Belgique ont connu des problèmes, puisque celui de Sergio Pérez a pris feu en essais libres tandis que celui de Robert Kubica a connu une défaillance spectaculaire en qualifications. Ferrari a donné une évolution aux Haas et à l'Alfa Romeo d'Antonio Giovinazzi avant de l'adopter sur les SF90 ce week-end en Italie, mais Giovinazzi a lui aussi été trahi par la mécanique ce samedi.

Lire aussi :

Honda s'efforce d'améliorer sa fiabilité depuis son retour sur la grille en 2015 et a connu de nombreux problèmes très médiatisés chez McLaren, alors que Mercedes et Ferrari se sont généralement montrés très fiables depuis le début de l'ère V6 turbo hybride.

"Je suis surpris, pour deux raisons", indique Toyoharu Tanabe à Motorsport.com. "La première, c'est leur fiabilité démontrée par le passé, et aussi cette année. Nous ne pouvons utiliser que trois moteurs par an, donc ils doivent couvrir plus de 5000 km. Ils ont beaucoup d'expérience quant à la manière de garantir ce kilométrage et la fiabilité au banc d'essai."

"La nouvelle spécification, bien sûr, a passé ce test de durabilité à l'usine, puis le moteur est arrivé [en piste] et a eu des soucis. C'est la première question, et la source de ma surprise. L'autre, c'est le contrôle qualité : cela fait longtemps qu'ils fournissent leurs moteurs à deux ou trois équipes, ils savent comment contrôler la qualité avant d'envoyer le moteur [sur une course]."

Pierre Gasly, Toro Rosso STR14, leads Alex Albon, Red Bull RB15

Honda tente encore de rattraper son retard sur Mercedes et Ferrari et a lancé une évolution de plus que ses rivaux cette saison. Or, contrairement à ces deux motoristes et Renault, Honda n'a pas d'écurie d'usine à proprement parler : bien que Red Bull soit son équipe de pointe, Toro Rosso est traité à égalité.

Lire aussi :

Mercedes a tendance à lancer ses moteurs en même temps dans toutes les équipes, y compris la sienne, tandis que Ferrari laisse Haas et Alfa Romeo découvrir les évolutions avant de les utiliser une course plus tard.

"Quand nous avons lancé la Spec 3 en piste l'an dernier, nous avons eu des problèmes de calibration", poursuit Tanabe. "Nous en avons tiré des leçons et avons essayé de faire une calibration de haute qualité. L'écurie d'usine est importante, donc on peut tenter quelque chose avec les équipes clientes pour voir comment la nouvelle spécification se comporte en piste, puis optimiser la calibration et, par la suite, donner le moteur à l'écurie d'usine."

"Le processus de calibration de Ferrari doit être bien développé, ou bien ils savent utiliser le moteur en piste de manière efficace, afin qu'il soit immédiatement performant. C'est l'une des idées concernant l'utilisation des équipes clientes. Mais en même temps, on se dit peut-être 'nous sommes parfaits, nous pouvons donner le moteur [à toutes les équipes en même temps]'."

partages
commentaires
Le Grand Prix d’Italie dans le rétroviseur

Article précédent

Le Grand Prix d’Italie dans le rétroviseur

Article suivant

Verstappen partira bien du fond de grille à Monza

Verstappen partira bien du fond de grille à Monza
Charger les commentaires