Honda ne veut pas "de zones d'ombre" dans le règlement moteur

partages
commentaires
Honda ne veut pas
Par :
13 févr. 2019 à 08:29

Honda souhaite que le législateur de la Formule 1 empêche toute marge d'interprétation des règles moteur afin d'éviter les "zones d'ombre".

Après avoir rejoint la grille de F1 en 2015, la seconde année de l'ère du V6 turbo hybride, Honda a passé son temps à rattraper les erreurs fondamentales commises dans son approche. Une partie des problèmes pour combler l'écart sur les références que sont Mercedes et Ferrari s'explique par sa réticence à exploiter les zones d'ombre du règlement, comme le fait de brûler de l'huile afin de booster la puissance.

Le responsable de la compétition de Honda, Masashi Yamamoto, a déclaré à Motorsport.com que, quand la nouvelle ère moteur a débuté, "tout le monde voulait vraiment exploiter les zones d'ombre, surtout Ferrari et Mercedes. Nous étions les seuls arrivés plus tard, donc nous étions derrière du point de vue de la connaissance et de la compréhension. Donc ce que Honda pense est que nous voulons brûler toutes ces zones d'ombre. Nous voulons qu'ils y mettent fin, notre espoir est qu'il n'y ait aucune zone d'ombre."

Lire aussi :

La FIA a travaillé pour limiter la quantité d'huile que les équipes sont autorisées à brûler et de plus amples restrictions sont également mises en place pour 2019, avec notamment une nouvelle règle qui établit que les réservoirs d'huile auxiliaires doivent être vides durant les qualifications.

Yamamoto accepte le fait qu'il y ait toujours des zones d'ombre en course car, même si "les gens qui font les règles sont des spécialistes", ils n'ont pas le détail et la connaissance de ceux qui font le travail de design. "Donc nous ne pouvons pas empêcher d'avoir des zones d'ombre. Mais au niveau de la F1, nous savons qu'il y a beaucoup de spécialistes au sein de la FIA, et nous pensons qu'ils peuvent faire de meilleures règles où il n'y a pas de zones d'ombre. Ils peuvent faire mieux qu'aujourd'hui."

Le processus de combustion d'huile, ou d'autres zones grises exploitées par les constructeurs dans le développement, sont un boost supplémentaire dans la recherche de la performance de pointe. Honda a commis des erreurs fondamentales de développement dans les premiers moments de son retour en F1, et l'existence de telles zones d'ombre sont un problème supplémentaire plutôt que la cause des difficultés initiales.

Lire aussi :

La firme nippone a tout de même effectué des progrès notables en 2018, tirant les bénéfices de la mise en place d'un binôme composé du responsable du programme IndyCar, Toyoharu Tanabe, en tant que directeur technique et du spécialiste moteur, Yasuake Asaki, en tant que patron du département de recherche et de développement à Sakura, en lieu et place d'un seul grand responsable sur le plan technique, comme avant.

"La raison pour laquelle nous avons pu progresser, c'est que nous avons choisi de bonnes personnes du côté du développement et nous les avons intégrées à l'équipe de F1, [et il y a également] la qualité de notre usine", a déclaré Yamamoto. "Le plus important, c'est de tirer les leçons des trois dernières années. Nous avons fait beaucoup d'essais et d'erreurs et nous avons beaucoup appris de cela. À partir de là, nous pouvons faire quelques pas en avant."

Article suivant
Certains pilotes n'ont toujours pas de casque homologué pour les tests

Article précédent

Certains pilotes n'ont toujours pas de casque homologué pour les tests

Article suivant

Williams annule son shakedown, la FW42 très en retard

Williams annule son shakedown, la FW42 très en retard
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Red Bull Racing Boutique , Toro Rosso Boutique
Auteur Scott Mitchell
Be first to get
breaking news