Horner désapprouve les critiques de Wolff sur Mercedes

Christian Horner, directeur de Red Bull Racing, désapprouve le fait que Toto Wolff, à la tête de l'écurie Mercedes, critique publiquement sa propre équipe à la suite de résultats décevants à Monaco et en Azerbaïdjan.

Horner désapprouve les critiques de Wolff sur Mercedes

Au terme du Grand Prix d'Azerbaïdjan, Toto Wolff a difficilement caché ses émotions. Fortement déçu, le directeur de Mercedes a indiqué que les performances des Flèches Noires étaient "inacceptables" alors que la lutte pour le titre mondial face à Red Bull bat son plein. Selon l'Autrichien, l'ensemble de l'écurie, lui y compris, n'a pas été à la hauteur et doit rapidement redresser la barre.

"Il n'y a pas que l'incident à la fin qui est frustrant", a expliqué Wolff, évoquant l'erreur de Lewis Hamilton au second départ l'ayant expulsé du top 10 pour la première fois depuis 2018. "Globalement, ça ne répond pas à nos attentes, aux attentes de nous tous : Lewis, les ingénieurs, moi-même et tout le monde dans l'équipe."

Depuis quelques semaines, Christian Horner est engagé dans une guerre des mots avec Wolff en raison du débat sur les ailerons flexibles. Or, désormais, l'aérodynamique n'est plus le seul point de désaccord entre les deux hommes puisque Horner a désapprouvé les critiques de Wolff envers sa propre équipe. "On a beaucoup parlé des commentaires de Toto ce week-end", a expliqué le directeur de Red Bull Racing, qualifié de "moulin à paroles" par son rival. "Il n'a jamais eu peur de critiquer son équipe publiquement, ce que je ne partage pas. Mais c'est son apanage."

Lire aussi :

Bien que Max Verstappen n'ait pas vu l'arrivée du Grand Prix d'Azerbaïdjan, Red Bull est tout de même parvenu à accroître son avance au championnat constructeurs grâce à la victoire de Sergio Pérez. L'écurie autrichienne compte désormais 26 points d'avance sur Mercedes. Selon Horner, l'objectif fixé par Red Bull est de ne laisser aucune chance s'échapper en raison du rôle décisif qu'auront les facteurs extérieurs, à l'instar de la défaillance pneumatique inattendue de Verstappen, dans l'obtention du titre.

"Nous allions frapper un plus grand coup que ce que nous avons finalement accompli, nous devons simplement saisir les opportunités quand elles se présentent", a-t-il poursuivi. "Ce que l'on gagne d'un côté, on le perd de l'autre. Max reprenait 11 points avec le meilleur tour [sur Lewis Hamilton] à cinq minutes de l'arrivée. Il aurait pu avoir 15 points d'avance. L'écart est toujours de quatre points mais [Verstappen] aurait pu avoir 21 points de retard si Lewis avait décroché la victoire. Tout peut arriver et je pense que ça va continuer ainsi jusqu'à la fin du championnat."

partages
commentaires
GP de France : "Le plus gros événement" depuis le début de la pandémie
Article précédent

GP de France : "Le plus gros événement" depuis le début de la pandémie

Article suivant

Le choix de Red Bull qui a évité une réclamation

Le choix de Red Bull qui a évité une réclamation
Charger les commentaires