Horner - L’argent ne doit pas décider du manufacturier de pneus

partages
Horner - L’argent ne doit pas décider du manufacturier de pneus
Par : Olivier Guillaume
28 juil. 2015 à 09:10

Christian Horner, Red Bull Racing, Team Principal lors de la conférence de presse de la FIA
Logo Michelin dans la pitlane
Michelin tires
Christian Horner, Red Bull Racing
Pneus Pirelli

Le Directeur de l’équipe Red Bull, Christian Horner, estime que la Formule 1 ne doit pas choisir son prochain fournisseur de pneumatiques - qui officiera entre 2017 à 2019 - pour des raisons financières, en fonction du manufacturier qui proposera l’offre la plus élevée.

L’appel d’offres a débouché sur l’officialisation des candidatures de Pirelli et Michelin, qui doivent maintenant rencontrer Bernie Ecclestone, la FOM négociant les termes commerciaux du futur contrat. Par la suite, FOM et FIA entérineront leur décision finale.

Les conditions d'engagement de Michelin en compétition

Si une offre commerciale la plus intéressante possible sur le plan financier serait dans l’intérêt des équipes, Horner estime que le critère n°1 doit être l’intérêt sportif.

"Il est trop simple d’affirmer que celui qui offre le plus d’argent peut être le fournisseur de pneumatiques. Les choses sont plus compliquées que cela," affirme-t-il.

La proposition de Michelin remise en cause

Pour Horner, il est clair que les pneus de 18 pouces très endurants proposés par Michelin ne répondent pas aux attentes et aux besoins de la F1.

"Des pneus de 18 pouces et qui ne provoqueraient qu’un seul arrêt en course ne rendraient pas du tout service au sport en termes de spectacle. C’est tout simplement le contraire que nous devons provoquer : deux à trois arrêts, une dégradation contrôlée et permettre aux équipes de choisir librement leurs gommes pour un week-end."

Pirelli représente-t-il dès lors le candidat idéal, après avoir déjà suivi à la lettre la volonté des équipes et des instances dirigeantes ces dernières années? Christian Horner semble de cet avis.

"Pirelli a réalisé du bon travail depuis qu’ils sont impliqués, et ils sont restés solidaires et professionnels dans les bons comme dans les mauvais moments. Les voitures seront différentes en 2017, avec des pneus très différents d’aujourd’hui et cela représentera un grand défi pour le fournisseur sélectionné. J’espère que Pirelli y parviendra alors avec brio."

Prochain article Formule 1
Accident Jules Bianchi - Les terrifiants chiffres de l'impact

Previous article

Accident Jules Bianchi - Les terrifiants chiffres de l'impact

Next article

Carmen Jorda "surprise" par les critiques de Michèle Mouton

Carmen Jorda "surprise" par les critiques de Michèle Mouton

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Olivier Guillaume
Type d'article Actualités