Formule 1
19 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
26 sept.
-
29 sept.
Événement terminé
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
C
GP d'Abu Dhabi
28 nov.
-
01 déc.
EL1 dans
16 jours

Horner : Liberty Media a sous-estimé la gestion de la F1

partages
commentaires
Horner : Liberty Media a sous-estimé la gestion de la F1
Par :
12 févr. 2019 à 07:55

Directeur de Red Bull Racing, Christian Horner pense que Liberty Media a sous-estimé les tâches nécessaires à l'amélioration de la Formule 1.

Alors que les promoteurs des courses ont récemment critiqué la gestion de Liberty et que l'inquiétude se fait ressentir quant à l'absence d'avancée au niveau de la réglementation technique 2021, Horner laisse entendre que la compagnie américaine est peut-être en difficulté.

Lire aussi :

Lorsqu'il lui est demandé s'il pense que Liberty a sous-estimé la tâche qui l'attendait lorsque l'entreprise a racheté la F1, le Britannique répond : "Absolument. Ils ont dû se dire que ça allait être du gâteau, mais ça s'est avéré largement plus dur que ce qu'ils pensaient. Ils restent déterminés et convaincus du potentiel qu'a la F1 pour atteindre le niveau supérieur. Et nous voyons de nouvelles initiatives positives, comme l'eSport."

"Mais c'est sur l'essence de la F1 qu'il faut se concentrer pour l'instant, car on peut promouvoir un film tant qu'on veut et lui donner une belle apparence, mais si ce film n'a pas la substance et n'est pas captivant, les gens ne le regarderont pas.

Christian Horner, Team Principal, Red Bull Racing, avec Chase Carey, directeur exécutif du Formula One Group

Selon Horner, Liberty doit être plus ferme et imposer ses idées plutôt qu'essayer d'atteindre un consensus qui satisfasse tout le monde.

"C'est l'essence de ce qu'est la F1 qui doit être déterminée pour la période à partir de 2021", poursuit l'Anglais. "Les écuries auront leur propre avis parce qu'elles veulent toutes protéger leur propre position et leurs intérêts personnels, mais en tant que propriétaire de la F1, [Liberty] doit trancher : 'Voici ce que nous voulons que la F1 soit. Voici la réglementation, voici les conditions financières, et c'est parti'."

Lorsqu'il lui est demandé s'il pense que Liberty est la bonne structure pour faire avancer la F1, il répond : "Seul l'avenir le dira. Ils seront jugés sur ce que deviendra la F1 à partir de 2021."

Horner reconnaît que Liberty a fait évoluer la F1 de façon positive, notamment en s'ouvrant aux réseaux sociaux et en contribuant davantage à l'expérience vécue par les fans. Il ajoute toutefois que d'autres domaines clés ont besoin d'être abordés.

"Si l'on regarde les deux dernières années, ils ont très bien fait certaines choses, et certaines sont très différentes de ce qu'elles étaient auparavant. Regardez les plateformes numériques, l'accessibilité et la promotion de la F1 via les festivals pour les fans. Ce sont des initiatives louables qui apportent aisément une plus-value pour les actionnaires, les sponsors et les partenaires."

"Mais ce qui est plus inquiétant, c'est quel est leur plan pour la F1 à partir de 2021, d'un point de vue à la fois financier et réglementaire en phase avec la FIA. On dirait déjà que le moteur va rester le même, et c'est un problème fondamental depuis quatre ou cinq ans. Nous devons donc nous assurer que les moteurs ne fassent pas une différence énorme en matière de performance, comme c'était le cas au début de cette ère hybride", conclut Horner, alors que Red Bull adopte cette saison les unités de puissance Honda au lieu de Renault.

Article suivant
Albon trouve en F1 des similitudes avec la FE

Article précédent

Albon trouve en F1 des similitudes avec la FE

Article suivant

Williams résiste et s'obstine dans la voie de l'indépendance

Williams résiste et s'obstine dans la voie de l'indépendance
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Jonathan Noble