Horner : Perdre la course dans les derniers tours aurait été "douloureux"

En raison de la dégradation avancée des pneus durs de Max Verstappen, Christian Horner a craint une victoire de Lewis Hamilton au Grand Prix des États-Unis.

Horner : Perdre la course dans les derniers tours aurait été "douloureux"

Max Verstappen n'avait parcouru que treize tours avec ses pneus mediums au Grand Prix des États-Unis lorsque Red Bull l'a rappelé au stand dans une tentative d'undercut pour récupérer les commandes des mains de Lewis Hamilton. Cette stratégie agressive a payé et l'écurie autrichienne a décidé de la répéter 19 tours plus tard avec un second arrêt encore plus précoce.

Néanmoins, Red Bull a payé au prix fort son agressivité. En attaquant pour s'assurer de dépasser Hamilton lors de son arrêt, Verstappen a rapidement usé son premier train de pneus durs. L'écurie au taureau rouge n'a été alertée que lors du second arrêt du Néerlandais, ce qui a rendu son dernier relais de 27 tours particulièrement stressant.

Christian Horner a ainsi révélé que Red Bull redoutait le retour de Hamilton, qui disposait de gommes plus fraîches, et aurait eu le cœur brisé par un éventuel dépassement en fin de parcours.

"Nous savions que Lewis allait être très performant en fin de course puisqu'il s'était constitué un avantage en rallongeant [son deuxième relais]. Perdre une course comme ça, dans les deux ou trois derniers tours... Nous en avions perdu une à Montréal, ça avait été très dur à avaler", a expliqué Horner sur Sky Sports en s'adressant à Jenson Button, qui avait gagné le Grand Prix du Canada 2011 en dépassant la Red Bull de Sebastian Vettel dans le dernier tour.

"Donc perdre [la course] ici aurait été particulièrement douloureux. Max a résisté, il a fait un excellent travail. Il a superbement bien conduit, il a été très intelligent et en a gardé assez sous le coude pour la fin de la course."

"Je ne pensais pas qu'il allait réussir [à rester en tête]. Lewis avait des pneus plus frais de huit tours et nous étions quasiment sur la corde avec le premier train de pneus durs. Nous savions qu'il n'allait pas nous rester grand-chose en fin de course. Avec la manière dont [Verstappen] a préservé ce pneu dans le dernier relais pour s'assurer qu'il lui resterait assez de performance dans les cinq ou six derniers tours et son pilotage... Vous parliez de l'importance de bien sortir du virage 11 [qui commande la ligne droite de retour, ndlr] en début de course mais c'est le fait de bien en sortir en fin de course qui a été crucial."

Le Grand Prix avait pourtant mal commencé pour Red Bull et pour Verstappen puisque Hamilton avait pris la tête au départ. Coincé derrière le Britannique et avançant dans l'air sale, le Néerlandais voyait ses pneus mediums se dégrader, ce qui a encouragé Red Bull à s'arrêter en premier. Une fois chose faite, l'écurie a une nouvelle fois réalisé l'undercut sur Hamilton car elle craignait que Mercedes ne lui coupe l'herbe sous le pied.

"[Mercedes] aurait très bien pu le faire", a indiqué Horner en évoquant un possible undercut de Hamilton pour le premier arrêt. "Mais nous étions convaincus qu'ils y songeaient aussi à la fin du deuxième relais. Ils ont une très bonne dégradation, c'est pourquoi nous avons décidé de faire encore rentrer [Verstappen] plus tôt. Nous n'avions presque plus de pneus, [Hamilton] était à moins de trois secondes. Avec l'undercut, nous ne voulions pas perdre la position en piste. Mais cela voulait dire que les dix derniers tours allaient être très importants."

Lire aussi:

partages
commentaires
Verstappen n'était pas sûr de la stratégie agressive face à Hamilton
Article précédent

Verstappen n'était pas sûr de la stratégie agressive face à Hamilton

Article suivant

Alonso déconcerté par l'"étrange" décision sur le cas Räikkönen

Alonso déconcerté par l'"étrange" décision sur le cas Räikkönen
Charger les commentaires