Un huitième titre mondial n'influencera pas l'avenir de Hamilton

Qu'il établisse ou non un record de huit titres mondiaux cette année n'aura pas d'influence sur l'avenir de Lewis Hamilton, assure ce dernier.

Un huitième titre mondial n'influencera pas l'avenir de Hamilton

Lewis Hamilton a déjà battu la plupart des records de Michael Schumacher en Formule 1, mais pour le plus prestigieux d'entre eux, les deux hommes sont à égalité : sept titres mondiaux chacun. Au sein d'une écurie Mercedes dominatrice, et dans un contexte de gel des châssis, Hamilton a toutes les cartes en main pour être couronné une huitième fois en 2021.

Mais surtout, quid de son avenir ? Les dernières discussions contractuelles entre la marque à l'étoile et son pilote se sont éternisées, à tel point que Hamilton n'a signé son contrat 2021 qu'en février, et cet accord porte sur une seule saison. Se pourrait-il que le pilote Mercedes décide de quitter la Formule 1 en cas de sacre cette année ou de rester si le titre lui échappe ? L'intéressé affirme que cela n'entrera pas en compte dans son choix.

Lire aussi :

"J'ai pris une décision vraiment importante : je ne veux pas que ce soit le facteur décisif", déclare Hamilton. "J'ai commencé la course parce que j'adorais ça et je pense que cela doit toujours être au cœur de ce que je fais. Si je n'aimais pas la course et que je ne voulais que des distinctions et des titres mondiaux, je pense que je risquerais de m'égarer. Bien sûr, [le titre] est le rêve ultime, mais je ne pense pas que ce sera forcément le facteur décisif quant au fait que je continue ou non. C'est plutôt que quand je mets ce casque, j'ai encore ce sourire en quittant le garage. C'est une question de plaisir."

"L'année dernière a été vraiment dure pour tout le monde, moi compris, mais il y a quand même eu des moments marquants. Est-ce que ce sera le cas cette année ? On verra. Est-ce que je prendrai autant de plaisir ? On verra. Tout de suite, je suis enthousiaste, donc je suis sûr qu'oui."

Mercedes AMG F1 W12 avec Lewis Hamilton, Toto Wolff et Valtteri Bottas

Les discussions contractuelles (ou plutôt l'absence de celles-ci) ont fortement pesé au fil de la saison dernière, notamment dans les médias. Cependant, Hamilton n'est pas inquiet outre-mesure, comme le montre sa réponse lorsqu'il lui est demandé si cela pourrait devenir une distraction : "L'avenir le dira, j'imagine. Je ne suis pas né de la dernière pluie. Je pense avoir été dans cette position où l'on m'a posé la question pendant un certain temps. Je ne ressens pas vraiment la pression à cet égard. Naturellement, je continue à énormément croire en ma capacité à savoir ce qu'il faut faire pour avoir des résultats, je parie toujours sur moi-même."

Une chose est sûre : la quête de justice sociale a pris une place prédominante dans la vie de Hamilton, en témoigne la fondation commune qu'il vient de créer avec Mercedes. Ce qui ne signifie pas pour autant que la Formule 1 l'intéresse moins : "Je continue d'adorer ce que je fais. J'ai juste la chance d'être dans une position où je ne dois pas m'engager sur plusieurs années. J'ai donc choisi d'avoir un contrat d'un an afin de pouvoir voir comment se passe l'année et où nous en serons en milieu ou en fin d'année – qui sait si nous serons encore dans une pandémie. Mais cela ne signifie pas que je ne suis pas motivé, je reste très dévoué à ce sport."

Lire aussi :

Le directeur d'équipe Toto Wolff, quant à lui, confirme : "Aucun doute sur sa motivation. Tout d'abord, il prend beaucoup de plaisir à courir. Nous aimons travailler ensemble. Et nous en avons beaucoup discuté. Mais il a absolument raison. Les temps changent. Nous avons tous de nouvelles priorités dans la manière dont nous vivons. Il est très passionné par ses initiatives contre le racisme et les inégalités. Puis nous aurons cet énorme changement de réglementation en 2022, qui va refaçonner la Formule 1 pour les prochaines années. Mais je ne pense pas que cela soit un facteur, à vrai dire."

"Je trouve compréhensible qu'un pilote qui a remporté sept championnats se donne la flexibilité de décider ce qu'il veut faire à l'avenir, que ce soit en sport auto ou en dehors." Et si Hamilton décide de partir, entre George Russell, éventuellement Max Verstappen et d'autres pilotes, Mercedes n'aura que l'embarras du choix pour le remplacer…

partages
commentaires
L'agressivité de Mazepin en piste n'inquiète pas Haas
Article précédent

L'agressivité de Mazepin en piste n'inquiète pas Haas

Article suivant

Vettel sur les courses sprint : "Ça n'a pas de sens"

Vettel sur les courses sprint : "Ça n'a pas de sens"
Charger les commentaires