Hülkenberg : La fiabilité n'est pas assez bonne chez Renault

partages
commentaires
Hülkenberg : La fiabilité n'est pas assez bonne chez Renault
Par : Basile Davoine
9 oct. 2017 à 16:45

Victime d'un problème de DRS qui l'a contraint à l'abandon à Suzuka, Nico Hülkenberg regrette le manque de fiabilité de Renault, alors qu'il pouvait de nouveau viser les points.

Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17, Sebastian Vettel, Ferrari SF70H
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17

Actuellement dixième du championnat grâce à des points inscrits à six reprises, Nico Hülkenberg a également connu son lot de problèmes de fiabilité cette année, notamment avec son unité de puissance, ou encore sa boîte de vitesses qui l'avait privé d'un bon résultat à Monaco. Dimanche, au Japon, c'est le DRS qui a eu raison des espoirs du pilote allemand lorsqu'il est resté bloqué en position ouverte en entrant dans le premier virage. Contraint de repasser par son stand, Hülkenberg a finalement abandonné après une tentative de réparation désespérée de ses mécaniciens.

"Normalement, quand on lève le pied de l'accélérateur ou qu'on le désactive, il [le DRS] se referme", explique Nico Hülkenberg à Motorsport.com. "Dans mon cas, il est resté coincé en position ouverte car une cale métallique avait cassé, ce qui a mis hors service le mécanisme hydraulique. En gros, c'était bloqué."

"C'est arrivé dans le premier virage. La sensation était un peu bizarre, puis dans le virage suivant aussi. Je me suis dit que c'était louche ! J'ai ensuite regardé dans mes rétroviseurs et j'ai vu qu'il était ouvert, c'était clair. Ce n'était pas terrible dans le premier secteur, un peu effrayant pour être honnête !"

Des gros points envolés

Hors des points au moment de sa mésaventure, Hülkenberg venait de chausser des gommes supertendres pour un court dernier relais, qui lui aurait vraisemblablement permis de remonter dans le top 10. Il s'agit d'un nouveau coup dur pour le pilote allemand, qui avait également vu un excellent résultat lui échapper à Singapour suite à un ennui technique avant de connaître également des problèmes à Sepang.

"Ce n'est pas génial. Mais ça fait partie de tout le développement que nous traversons", souligne-t-il au sujet du manque de fiabilité récurrent chez Renault. "Ça montre une fois de plus notre faiblesse, et très souvent, la voiture n'est pas suffisamment bonne au niveau de la fiabilité, ainsi que de la performance bien sûr. Il y a encore plein de travail à faire pour nous."

"La course se passait plutôt bien. Nous avons commencé avec le composé le plus dur, et fait un long premier relais, donc nous étions décalés. Ça a plutôt bien fonctionné, mais je me suis rendu la vie plus difficile en faisant une erreur dans Degner 2, où je suis sorti de la piste et où j'ai perdu quatre secondes en passant dans les graviers."

"Sans ça, je pense que j'aurais pu m'arrêter aux stands et repartir devant ce groupe avec Massa et les Haas. En course, la voiture était en fait assez bonne. J'allais doubler Grosjean quand le problème de DRS est survenu."

 Propos recueillis par Adam Cooper

Prochain article Formule 1
Stats - Hamilton impérial à Suzuka

Previous article

Stats - Hamilton impérial à Suzuka

Next article

Red Bull veut Ricciardo et Verstappen jusqu'en 2020

Red Bull veut Ricciardo et Verstappen jusqu'en 2020

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP du Japon
Lieu Suzuka
Pilotes Nico Hülkenberg
Équipes Renault F1 Team
Auteur Basile Davoine
Type d'article Actualités