Hülkenberg - Force India handicapé par la voiture de sécurité

Nico Hülkenberg estime que la neutralisation du Grand Prix de Chine, couplée à la forte dégradation pneumatique, a empêché Force India de réaliser un bon résultat.

Hülkenberg - Force India handicapé par la voiture de sécurité
Nico Hülkenberg, Sahara Force India F1
Sergio Perez, Sahara Force India F1 VJM09
Nico Hulkenberg, Sahara Force India F1 VJM09 et Esteban Gutierrez, Haas F1 Team VF-16 en lutte pour une position
Arrêt aux stands pour Nico Hulkenberg, Sahara Force India F1 VJM09
Nico Hulkenberg, Sahara Force India F1 VJM09
Sergio Perez, Sahara Force India F1 avec Tim Wright, ingénieur de course Sahara Force India F1 Team sur la grille
Nico Hulkenberg, Sahara Force India F1 VJM09
Sergio Perez, Sahara Force India F1 VJM09 et Valtteri Bottas, Williams FW38 en lutte pour une position
Sergio Perez, Sahara Force India F1 VJM09
Nico Hulkenberg, Sahara Force India F1 VJM09
Sergio Perez, Sahara Force India F1 VJM09

Après un départ tonitruant, Sergio Pérez et Nico Hülkenberg pointaient aux 4e et 5e rangs avant de gagner chacun une place suite à la crevaison de Daniel Ricciardo. Cette crevaison, justement, a précipité l'entrée de la voiture de sécurité, déjà pressentie sur une piste jonchée de débris de carbone en tout genre. En conséquence, l'écurie Force India a dû effectuer un double arrêt aux stands en urgence. À partir de là, le Grand Prix a pris un tournant moins reluisant pour l'écurie.

"C'était une course frustrante au final, même si le départ et les premiers tours étaient super", a déclaré Hülkenberg. "Quand les lumières se sont éteintes, j'ai foncé de la 13e à la 5e place, gagnant une place après l'autre. La voiture de sécurité a jeté tout ce bon travail par la fenêtre parce que j'ai dû patienter dans les stands derrière Checo [Pérez] et j'ai dégringolé dans la hiérarchie."

Finalement, l'Allemand a terminé la course au 15e rang, résultat d'un manque de rythme, d'une pénalité infligée pour ralentissement injustifié dans la voie des stands et d'une dégradation pneumatique loin d'être maîtrisée. Il a pu se consoler en signant le meilleur tour en course avec un chrono de 1'39''824 signé en fin de course, en gommes supertendres.

"L'air sale nous a affectés, nous avions quelques voitures plus rapides qui arrivaient et ça a détruit mes pneus. En fait, la dégradation pneumatique était le point central de la journée et nous avons plus souffert que certains autres, c'est pourquoi j'ai reculé durant la seconde partie de course."

La bonne stratégie

Même si Sergio Pérez a terminé au 11e rang, à la porte des points, après avoir été dépassé par le duo de Toro Rosso en fin d'épreuve, le Mexicain estime que la stratégie à trois arrêts était la bonne décision. "Je pense que nous avons choisi la bonne stratégie et avons fait les bons choix, mais la course ne nous a pas souri."

"Le départ de la course était vraiment bon et les choses semblaient très prometteuses. Je suis monté au troisième rang quand la voiture de sécurité est sortie et nous n'avions aucune autre option que de nous arrêter, ce qui m'a un peu fait reculer dans le peloton."

"J'ai dû me battre durement parce que les voitures autour de moi étaient avec des pneus différents et il y avait quelques voitures rapides qui revenaient aussi. Tout cela a coûté beaucoup aux pneus. Il y a eu quelques batailles spectaculaires pendant la course et nous avons bien lutté, mais l'arrivée dans les points nous a glissé des mains dans la dernière partie de la course."

Amende pour Force India

Lors de la vague d'arrêts aux stands sous régime de voiture de sécurité, Force India a relâché Sergio Pérez de manière non sécurisée alors que Carlos Sainz et Fernando Alonso arrivaient. Une infraction qui a été sanctionnée d'une amende de 5000 euros pour son écurie.

La décision des commissaires indique que "la voiture 11 a été relâchée après son arrêt de manière non sécurisée ; les voitures qui approchaient étaient bien après les marqueurs de référence [des lignes tracées dans la voie des stands pour signaler le point à partir duquel, quand une autre voiture arrive, une écurie est censée attendre pour relâcher son pilote] quand la voiture a été relâchée par l'équipe".

Cependant, malgré cette infraction caractérisée, aucune décision sportive n'a été prise. Ce choix est justifié de la manière qui suit : "Le pilote a pris la décision appropriée pour éviter la collision et aucun avantage sportif n'a été gagné par le pilote."

partages
commentaires
Les équipes misent sur les pneus supertendres à Sotchi

Article précédent

Les équipes misent sur les pneus supertendres à Sotchi

Article suivant

Hamilton estime ne rien devoir à la Formule 1

Hamilton estime ne rien devoir à la Formule 1
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP de Chine
Lieu Shanghai International Circuit
Pilotes Nico Hülkenberg , Sergio Pérez
Équipes Force India
Auteur Darshan Chokhani