Hülkenberg : "Je ne suis pas frustré"

A 27 ans, Nico Hülkenberg a disputé en 2014 sa quatrième saison complète en F1

A 27 ans, Nico Hülkenberg a disputé en 2014 sa quatrième saison complète en F1. Le pilote allemand, auteur d'une pole position remarquable à Interlagos en 2010 avec Williams, court toujours après son premier podium alors que sa régularité et son niveau de performance sont reconnus de tous.

Pour la première fois depuis qu'il est arrivé dans la discipline, Hülkenberg s'est stabilisé dans une écurie et va pouvoir enchaîner deux saisons consécutives au sein du même team. Alors que sa cote dans le paddock est réelle, il s'agit d'une étape significative en attendant que le train d'un top team puisse enfin se présenter à lui.

"Je suis très heureux et ravi d'avoir cette constance pour une fois. Et c'est aussi une bonne chose sur le plan émotionnel", a-t-il confié au journaliste Adam Cooper. "Pour la première fois de ma carrière, c'est bien d'avoir annoncé des plans concrets si tôt, c'est en effet une situation très confortable de savoir quoi faire. Ensuite vous pouvez vous concentrer sur votre équipe et sur l'avenir, vous pouvez travailler dans la même direction. C'est une sensation très agréable."

Après avoir tenu Sauber à bout de bras en 2013, Hülkenberg est retourné chez Force India cette saison. Un choix aujourd'hui évident, mais qui n'était pas sans risque à l'époque. L'année écoulée lui a donné raison, même si tout ne fut pas parfait.

"Il n'y aucune discussions quant au fait que quitter Sauber pour Force India était la bonne décision, même si avec le recul c'est de toute évidence facile à dire !", constate-t-il. "Je suis définitivement heureux. Ce n'était pas une année parfaite. Nous avons connu un bon départ, et peut-être une seconde partie de saison qui n'était pas si bonne pour des raisons diverses. Bien sûr, la performance de la voiture n'était pas si bonne durant la deuxième moitié."

Difficile de tenir dans la course au développement

Chez Force India, Hülkenberg sait que les ressources et les moyens restent comptés. L'appui du bloc Mercedes-Benz a fait merveille, mais sur la durée complète d'une saison, l'écurie indienne a parfois eu du mal à tenir la distance.

"Lors de certaines des dernières courses nous n'avons pas exploité notre meilleur potentiel, et je crois que certaines équipes ont mieux progressé que nous. Au début de l'année, à Bahreïn, nous étions face à Ferrari et nous battions Williams. Ils nous ont clairement dépassés et ils étaient devant", rappelle-t-il.

"Nous avons juste perdu dans la bataille du développement et pour apporter de la performance aéro sur la voiture. L'aéro est encore le plus important, même avec ces nouvelles voitures et ces nouvelles règles. D'autres équipes ont fait plus, et ont eu une plus forte courbe de développement que nous."

En 2015, Hülkenberg sera de nouveau aligné aux côtés de Sergio Pérez. Cette stabilité devrait permettre aux deux hommes de mener campagne avec beaucoup de motivation et d'ambition, tout en gardant à l'esprit le niveau élevé de la concurrence. L'Allemand effectuera également un passage remarqué en Endurance avec une participation aux 24 Heures du mans pour le compte de Porsche. En attendant, il espère que sa chance dans une très grande équipe viendra pour lui en F1, tout en refusant d'en faire une obsession.

"Je ne suis pas frustré de ne pas être dans une équipe victorieuse. C'est ainsi, vous devez vous accrocher et continuer à faire de votre mieux, et un jour l'opportunité viendra, ou pas. Je crois qu'il faut dire que la qualité des pilotes sur le marché est très élevée ; si l'on regarde les top teams, ils emploient déjà des bons pilotes, alors on ne peut pas leur dire : 'Il fait de la merde, débarrassez-vous de lui'."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Nico Hülkenberg , Sergio Pérez
Équipes Mercedes , Sauber , Williams , Force India , Ferrari
Type d'article Actualités