Hülkenberg apprécie l'incertitude due au manque de roulage

Le pilote Renault ne vit pas le temps de piste réduit vendredi à Suzuka comme un handicap, mais y voit au contraire une opportunité supplémentaire pour la suite du week-end. Il visera la septième place sur la grille de départ.

Nico, comment s'est passée la séance matinale ?

"Ce matin ça allait, j'étais plutôt heureux de la voiture, de la manière dont les choses se sont passées. C'était assez bien. Je pense que ça semblait compétitif également au niveau des chronos, donc de ce point de vue, ça va."

Y a-t-il de la frustration à ne pas avoir assez de pneus pluie pour les EL2 ?

"Nous en avons discuté avec Charlie [Whiting, directeur de course] lors du précédent briefing des pilotes. Ce serait bien d'avoir des trains de pneus supplémentaires dans des cas comme celui-ci. Il y a deux problèmes, car il y a aussi un peu l'aquaplaning. Si nous avions eu un train de pneus supplémentaire, je pense que d'autres auraient roulé. Ce serait bien de changer ça, de nous en donner plus pour le vendredi." 

Est-ce un handicap de n'avoir pas pu rouler en EL2 ?

"C'est la même chose pour tout le monde, ça ne fait pas de différences. Je n'appellerais pas ça un handicap, c'est comme ça, c'est tout. Parfois, il faut faire avec ce genre de scénario. Nous avons fait tout ce que nous avons pu en EL1 et la voiture était bien. J'aime assez quand tout le monde est moins préparé pour les qualifications et pour la course, pour être honnête. Nous ne connaissons pas tout de la dégradation et des pneus. Cela offre parfois plus d'opportunités pour la course, pour la stratégie, donc j'aime plutôt ça."

Êtes-vous confiant si jamais il pleut ?

"J'aime rouler sur le mouillé. Je suis aussi confiant que je peux l'être, mais il faut à chaque fois trouver le bon rythme. Chaque circuit est différent sur le mouillé, donc c'est au cas par cas."

Quel est votre objectif réaliste pour les qualifications ?

"Je viserai la septième place."

Quelles sont les sensations avec les F1 2017 sur ce tracé ?

"Ce n'est pas follement différent. Le premier secteur était plutôt rapide. Mais l'année dernière, en qualifications avec peu d'essence, ça l'était aussi. Peut-être que c'était un peu plus rapide, mais je pense que ça le sera encore plus demain. Le circuit a été lavé à nouveau, toute la gomme est partie. Nous commencerons avec une piste verte si ça sèche. C'est rapide, mais ce n'est pas totalement à un niveau différent."

Renault a annoncé aujourd'hui l'arrivée de Marcin Budkowski…

"C'est important d'avoir de bonnes personnes dans les rôles importants. Nous savons tous à quel point les structures des équipes sont importantes, et il faut avoir des gens de qualité, qui font la différence pour réussir ou non. C'est bien."

Comment jugez-vous les progrès de Renault dans l'ensemble ?

"C'est un travail qui suit son cours, nous essayons de construire l'équipe, de la rendre meilleure et plus forte pour avoir des voitures plus rapides. Nous sommes dans ce processus. Cette année, le développement a été bon. Nous avons un gros travail devant nous pour réduire l'écart avec les trois équipes de pointe. C'est un écart important, je pense que ce sera assez dur."

Propos recueillis par Lawrence Barretto

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP du Japon
Circuit Suzuka
Pilotes Nico Hülkenberg
Équipes Renault F1 Team
Type d'article Interview
Tags pluie, suzuka