Hülkenberg : Renault se doit de faire "un grand pas en avant"

partages
commentaires
Hülkenberg : Renault se doit de faire
Par : Basile Davoine
13 déc. 2018 à 15:51

Au terme d'une saison réussie puisque l'objectif de la quatrième place du championnat constructeurs a été atteint, Nico Hülkenberg ne cache pas pour autant le besoin de net progrès que doit éprouver Renault.

Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team R.S. 18
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team R.S. 18
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team R.S. 18
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team R.S. 18
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team R.S. 18
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team R.S. 18
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team R.S. 18
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team R.S. 18.
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team R.S. 18, et Charles Leclerc, Sauber C37

Tout au long de l'année, Nico Hülkenberg a souvent répété sa frustration de voir le fossé séparant les équipes de pointe du reste du plateau, et il a conscience du long chemin qu'il faudra encore parcourir pour le combler en totalité.

Alors qu'il abordera en 2019 sa troisième saison avec l'équipe française, et qu'il accueillera un pilote vedette à ses côtés en la personne de Daniel Ricciardo, Hülkenberg espère toutefois que le rythme de développement sur le plan technique va s'accélérer. Le vainqueur des 24 Heures du Mans 2015 rappelle à juste titre le statut d'usine de la structure, impliquant le devoir de franchir un nouveau cap important dès l'an prochain.

"Nous devons le faire", prévient-il. "Mais c'est toujours très difficile, c'est de la spéculation. Nous savons ce que nous faisons et je sais que ça n'a pas l'air si mal, mais dans l'ignorance par rapport à ce que les autres trouvent."

Lire aussi :

Une des opportunités pour Renault – comme pour toutes les autres écuries, ce qu'a précisé Toto Wolff chez Mercedes récemment – serait de trouver au mieux comment exploiter le changement de réglementation aérodynamique. En 2019, l'aileron avant sera simplifié, dépourvu de nombreux appendices et élargi, dans le but espéré de faciliter la course en peloton.

"Évidemment, le nouvel aileron avant est en quelque sorte une remise à zéro en douceur pour l'année prochaine, car c'est très différent pour les voitures", fait remarquer Hülkenberg. "Donc c'est vraiment dur de jauger, mais c'est bien sûr là que nous devons aller, c'est ce que nous devons viser. Nous devons grignoter une grande partie du fossé. En tant qu'équipe d'usine, nous devons avoir pour objectif de faire un grand pas en avant."

Depuis son retour en 2016 avec une écurie d'usine, reconstruite sur les cendres de Lotus, Renault a investi énormément au niveau des infrastructures et des moyens humains. La mise à niveau de l'usine d'Enstone a notamment été un immense chantier. Désormais, Nico Hülkenberg attend de son équipe qu'elle affiche une progression au niveau purement technique.

"Je crois que nous avons fait beaucoup de bons progrès dans de nombreux domaines, particulièrement dans la structuration de l'équipe, dans le fait de bien organiser l'écurie afin de grandir et de construire au cours des deux prochaines années", admet-il. "Mais sur le plan technique, sur le plan du développement, juste au niveau de la voiture, cette année n'a pas tout à fait été à la hauteur de nos ambitions et de ce que nous recherchions."  

"C'est donc quelque chose sur quoi nous devons travailler et nous améliorer l'année prochaine. Mais je crois que dans l'ensemble, sixième l'an dernier, quatrième désormais, c'est une progression qui est bonne et saine."

Article suivant
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Nico Hülkenberg Boutique
Équipes Renault F1 Team
Auteur Basile Davoine