Hülkenberg ne reviendra en F1 que s'il a une bonne opportunité

Nico Hülkenberg veut revenir en F1 mais ne le fera que si une opportunité excitante se présente et lui permet d'être compétitif.

Hülkenberg ne reviendra en F1 que s'il a une bonne opportunité

Nico Hülkenberg a perdu sa place en fin de saison dernière au terme de près d'une décennie sur la grille, lorsque Renault a décidé de le remplacer par Esteban Ocon aux côtés de Daniel Ricciardo. Après des négociations infructueuses avec Haas et Alfa Romeo, l'Allemand a refusé un retour chez Williams et n'a pas eu de place sur la grille pour 2020. Bien qu'il assure apprécier de s'être déconnecté du sport durant l'hiver et pendant les essais d'intersaison, il fait d'un retour en F1 son objectif principal.

"Je suis prêt pour ça", explique-t-il dans une interview pour CNN. "C'est toujours mon but, mon objectif. Mais pour le moment, c'est difficile à dire. Beaucoup de facteurs entrent en jeu, et tout est à l'envers en ce moment. Mais je reste en contact avec des gens. C'est encore un peu tôt, mais s'il y a une chance, je la saisirai. Si c'est une bonne opportunité, et quelque chose qui m'excite et me donne envie d'y aller, je ferai tout pour ça."

Lire aussi :

Un retour chez Williams pour 2020 ne présentait pas d'intérêt pour Hülkenberg, compte tenu des difficultés que traverse l'équipe, et il a jugé lui-même qu'il n'était "pas le bon pilote" pour la structure anglaise. C'est sous les couleurs de Williams qu'il a signé en 2010 sa seule pole position, durant sa première saison, et il n'a jamais réussi à atteindre le podium en 177 départs, ce qui constitue un record.

C'est aussi ce qui le pousse à fixer des conditions pour un éventuel retour, puisqu'il juge qu'il aurait besoin d'une "voiture correcte qui [me] donne une bonne opportunité de me battre. Je ne dis pas forcément pour la victoire, mais au moins quelque chose sur quoi travailler, une bonne voiture, une arme qui me permette de viser un top 10. Ça me manque, le travail avec l'équipe, avec les gars, de battre les autres, et ça me manque des fois davantage. C'est amusant, et ça me manque d'y participer."

partages
commentaires
Pourquoi Renault a préféré Alonso à Button en 2003

Article précédent

Pourquoi Renault a préféré Alonso à Button en 2003

Article suivant

Monaco 1970 : quand Brabham s'est crashé au dernier virage

Monaco 1970 : quand Brabham s'est crashé au dernier virage
Charger les commentaires