Hydraulique : une histoire de millièmes de millimètres !

On assiste à de moins en moins d’abandons en Formule 1 de nos jours

On assiste à de moins en moins d’abandons en Formule 1 de nos jours. Lorsqu’il ne s’agit pas d’une erreur humaine d’un pilote ou de son équipe dans les stands lors des arrêts, une grande partie des abandons restants est régulièrement imputé à l’hydraulique. Mais qu’est-ce qui se cache bien derrière tout ça ?

Les pressions et forces dans le système sont très élevées et l’hydraulique est un maillon faible”, explique Pat Symonds pour F1 Racing. “Auparavant, il y avait beaucoup de problèmes. L’un des plus obscurs était qu’un taux de flux élevé générait beaucoup d’électricité statique dans les tuyaux hydrauliques flexibles. Ceux-ci généraient des étincelles au contact du sol, causant de petites fissures dans les tuyaux. Le problème fut réglé en utilisant des tuyaux disposant d’une enveloppe conductrice”.

Symonds démystifie cependant l’importance de l’hydraulique comme talon d’Achille des monoplaces contemporaines.

Il n’y a rien de spécial à propos de l’hydraulique des F1, dont les composants sont aussi légers et petits que possible comme toutes les parties d’une F1. Le système doit également être minutieusement nettoyé. Tout est placé dans une chambre pressurisée afin de s’assurer que la poussière ne vienne pas s’introduire dans le système. L’huile en elle-même est filtrée afin d’ôter les contaminants plus gros que…trois millièmes de millimètre !

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Actualités