Ickx : "On a brisé l'élan essentiel de la combativité"

En plein duel entre Max Verstappen et Lewis Hamilton pour le titre mondial, Jacky Ickx veut une Formule 1 qui se recentre sur l'essentiel : le "risque librement consenti" entre les deux rivaux.

Ickx : "On a brisé l'élan essentiel de la combativité"

Dans une interview en longueur avec la RTBF, diffusée la semaine dernière entre les Grands Prix de São Paulo et du Qatar, Jacky Ickx a livré avec une certaine émotion son point de vue d'ancien pilote sur le duel qui oppose aujourd'hui Max Verstappen à Lewis Hamilton. Le Belge a notamment rappelé que la F1 vivait "un moment exceptionnel en termes de compétition d'hommes, d'hommes allant à la victoire ou cherchant la victoire".

Sextuple vainqueur aux 24 Heures du Mans mais également victorieux à huit reprises en Formule 1, Jacky Ickx tempère toutefois cet enthousiasme en raison d'une forme de frustration qui le touche concernant les combats en piste. Dans une période où la manœuvre entre les deux prétendants au titre a énormément fait parler à Interlagos, il déplore une discipline devenue à ses yeux trop réglementée.

"Personnellement, je suis frustré en ce qui concerne la Formule 1, et en particulier sur les règles actuelles de ce qui devrait être, pour moi, philosophiquement parlant, un combat", plaide-t-il. "C'est une bataille entre des hommes qui assument un risque librement consenti. Et ce sont des hommes qui se battent à 300 km/h et plus. Le déroulement des épreuves est arbitré par des gens certainement de bonne volonté mais qui, à mes yeux, peut-être que je me trompe mais, hormis l'un d'entre eux à chaque course, sont des gens qui n'ont jamais conduit des voitures de course."

"Je ne suis pas sûr qu'on puisse, en termes d'événement, de déroulement de course, au nom d'une sécurité exacerbée, traiter la course automobile comme un accident de la circulation. On a brisé l'élan essentiel de la combativité et de la nature même de ce sport et de ces pilotes, par une succession de pénalités, d'amendes."

Est-ce que la fantaisie existe encore en Formule 1 ?

Jacky Ickx

Ce que Jacky Ickx considère comme un excès de rigidité le touche également au-delà de la piste puisqu'il est de ceux qui ne comprennent pas les sanctions exemplaires qui ont été prises au Brésil pour les infractions de Max Verstappen dans le parc fermé et de Lewis Hamilton dans le tour d'honneur.

"Je trouve ahurissant que l'on ose pénaliser d'une amende de 50 000 $, oser mettre ceci pour avoir posé le doigt sur l'aileron de la voiture de son adversaire", soupire-t-il. "Je trouve ahurissant que l'on ose mettre 25 000 $ à Hamilton, si c'est vrai, pour avoir dégrafé sa ceinture avant de revenir au stand pour porter le drapeau brésilien en l'honneur de Senna. Il y a là quelque chose qui ne fonctionne pas, il n'y a pas la joie de la victoire. Il n'y a que des contraintes qui, pour moi, sont inexplicables."

"Pourquoi y a-t-il un tel succès aujourd'hui en MotoGP ? Il y a de la liberté encore, il y a des hommes qui s'apprécient, qui sont contents de se voir, qui ont assumé le risque de chuter, qui n'ont pas peur de faire attendre la remise des trophées. Parce que quelques fois ça dure, mais quel enthousiasme pour le public ! Quel enthousiasme de voir les champions qui n'ont pas peur de faire des burn-out avec leur machine, qui n'ont pas peur de faire des wheeling, qui n'ont pas peur de s'arrêter ici et là. Je souffre de me voir si éloigné du plaisir de cette communion avec le public. Pas de public, pas de course. Ce même public qui a ses supporters, qui est la base même de notre sport. […] Valentino [Rossi] c'est 25 ans de bonheur, quoi, d'enthousiasme, de fantaisie. Est-ce que la fantaisie existe encore en Formule 1 ?"

Lire aussi :

partages
commentaires
Stroll : "Rien ne nous a été servi sur un plateau"
Article précédent

Stroll : "Rien ne nous a été servi sur un plateau"

Article suivant

Masi : La critique de Horner "n'est pas acceptable"

Masi : La critique de Horner "n'est pas acceptable"
Charger les commentaires