Formule 1
C
Grand Prix de Bahrein
19 mars
-
22 mars
EL1 dans
23 jours
C
GP d'Espagne
07 mai
-
10 mai
EL1 dans
72 jours
C
GP de Monaco
21 mai
-
24 mai
EL1 dans
85 jours
C
GP du Canada
11 juin
-
14 juin
EL1 dans
107 jours
C
GP d'Autriche
02 juil.
-
05 juil.
EL1 dans
128 jours
C
GP de Grande-Bretagne
16 juil.
-
19 juil.
EL1 dans
142 jours
C
GP de Hongrie
30 juil.
-
02 août
EL1 dans
156 jours
C
GP de Belgique
27 août
-
30 août
EL1 dans
184 jours
03 sept.
-
06 sept.
EL1 dans
191 jours
C
GP de Singapour
17 sept.
-
20 sept.
EL1 dans
205 jours
C
GP de Russie
24 sept.
-
27 sept.
EL1 dans
212 jours
C
GP des États-Unis
22 oct.
-
25 oct.
EL1 dans
240 jours
C
GP du Mexique
29 oct.
-
01 nov.
EL1 dans
247 jours
C
GP du Brésil
12 nov.
-
15 nov.
EL1 dans
261 jours
C
GP d'Abu Dhabi
26 nov.
-
29 nov.
EL1 dans
275 jours

Il y a un an - Quand McLaren rouvrait la porte à Alonso

partages
commentaires
Il y a un an - Quand McLaren rouvrait la porte à Alonso
14 sept. 2014 à 13:45

L'an dernier, avant Singapour, Martin Whitmarsh, Directeur d’Equipe de McLaren, était sorti du bois après une grande discrétion durant la période d’agitation de la Silly Season et avait lâché des propos remplissant les colonnes des journaux du monde entier : il était en effet intéressé par un retour de Fernando Alonso chez McLaren pour 2015, et commençait les appels du pied

L'an dernier, avant Singapour, Martin Whitmarsh, Directeur d’Equipe de McLaren, était sorti du bois après une grande discrétion durant la période d’agitation de la Silly Season et avait lâché des propos remplissant les colonnes des journaux du monde entier : il était en effet intéressé par un retour de Fernando Alonso chez McLaren pour 2015, et commençait les appels du pied...

--

Après avoir assisté aux récentes tensions entre Ferrari et l’Espagnol, le paddock avait vu le management d’Alonso sonder plusieurs équipes, dont Red Bull, en dépit d’un contrat courant encore deux saisons avec Ferrari.

McLaren ayant beau se satisfaire de Jenson Button, le trou laissé par le départ de Lewis Hamilton au terme de la saison 2012 se faisait (et se fait encore) sentir pour un team habitué à tenter de faire cohabiter des line-up aussi solides que la loi du marché ne le permet.

Avec un Fernando Alonso en délicatesses chez Ferrari et dont l’autorité s’étiolait sur le papier avec l’arrivée de Kimi Räikkönen en 2014, l’Espagnol pouvait être tenté de revoir un programme concentré à 100% autour de lui avec une équipe disposée à mettre tous les moyens en œuvre pour le soutenir en premier lieu, pensait Whitmarsh. Le Britannique, limogé depuis par McLaren, estimait qu’il était possible de s'engouffrer dans la brèche apparente chez Ferrari pour tenter de débusquer l’Espagnol. Une brève dans laquelle tente de nouveau de filer Ron Dennis cette année, sous la pression de Honda.

Ferrari avait confirmé la présence de l’Espagnol dans son line-up en même temps que l’arrivée de Räikkönen pour la saison 2014, repoussant un possible transfert à la saison 2015.

Nous sommes intéressés, mais nous devons respecter ce qui se passe chez Ferrari”, expliquait Whitmarsh au sujet d’Alonso. “On verra comment ça se passera”.

Une nouvelle monoplace accusant le coup du côté de Maranello accélèrerait sans aucun doute encore plus la volonté d'Alonso de regarder ailleurs avant le terme de son contrat en rouge, analysait alors ToileF1, dans son article consacré à la nouvelle. Si Ferrari comme Alonso clament haut et fort devant tous les micros que leur association perdurera en 2015, de nombreux séismes peuvent encore faire trembler le marché. Alonso est un volcan qui ne demande qu'à entrer en éruption.

Article suivant
Singapour : un quart du tour passé sur les freins

Article précédent

Singapour : un quart du tour passé sur les freins

Article suivant

Les notes techniques pneumatiques de Singapour

Les notes techniques pneumatiques de Singapour
Charger les commentaires