Formule 1
26 sept.
-
29 sept.
Événement terminé
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé

Imola et le Mugello ont des envies de F1

partages
commentaires
Imola et le Mugello ont des envies de F1
Par :
11 sept. 2019 à 08:30

Monza a assuré son avenir au calendrier de la Formule 1, mais l'idée d'un second Grand Prix sur le sol italien ne quitte pas les autres tracés du pays, notamment Imola.

La semaine dernière, l'avenir du Grand Prix d'Italie à Monza a été assuré grâce à la signature d'un nouveau contrat de cinq ans avec la Formule 1. Néanmoins, d'autres pistes italiennes continuent de s'intéresser à la catégorie reine : Imola et le Mugello évaluent les options potentielles pour accueillir un Grand Prix ces prochaines années. 

Imola est bien connu de la Formule 1 pour avoir longtemps organisé le Grand Prix de Saint-Marin, dont la dernière édition a eu lieu en 2006. Depuis, le tracé a subi une importante refonte, avec notamment la suppression de la dernière chicane, et son statut FIA Grade 1 le rend éligible à la tenue d'une course de la catégorie reine. En revanche le Mugello, haut lieu des joutes du MotoGP, n'a jamais figuré au calendrier, mais a plusieurs fois été le théâtre d'essais, pour la dernière fois en 2012. 

Lire aussi :

À l'heure où la Formule 1 cherche à densifier toujours plus son calendrier – il y aura un record de 22 Grands Prix en 2020 –, Imola et le Mugello ont visiblement le sentiment qu'une place est encore à prendre en dépit de la présence de Monza, qui célébrera son centenaire en 2022. Historiquement, Imola a d'ailleurs cohabité pendant très longtemps avec le tracé situé près de Milan. 

Les patrons du circuit d'Imola ont d'ores et déjà mandaté la société Dromo pour prendre en charge la rénovation du paddock et des lieux d'accueil, et ont fait savoir dans un communiqué qu'ils étaient "prêts à relever le défi" pour tenter de renouer avec la F1. "L'excellent travail réalisé par le président de l'ACI [Automobile Club d'Italie], Angelo Sticchi Damiani, pour maintenir la Formule 1 en Italie pourrait rouvrir la possibilité, y compris sur notre circuit, de voir les voitures rouges [Ferrari] et le grand cirque faire leur retour", ajoute Uberto Selvatico Estense, président du circuit. "Pour parvenir à un tel résultat, il est essentiel d'avoir le plein soutien des institutions régionales et de l'agglomération, comme c'est le cas pour Monza et le Mugello."

Le Mugello y pense, mais pas tout de suite

Vue d'ensemble du Mugello

Si le Mugello est cité, c'est en référence à une éventuelle candidature de la piste toscane pour accueillir la F1, ce qui ne figurerait toutefois pas dans ses intérêts à court terme. Mardi, le circuit a justement annoncé le résultat d'une étude portant sur l'impact économique de ses activités, et qui contribuent à près de 130 millions d'euros à l'économie locale et régionale. Cette étude s'appuie sur des chiffres de l'année 2017, citant plus de 1000 emplois créés grâce aux événements organisés sur la piste. 

Ce rapport ne mentionne pas la Formule 1, mais selon l'agence de presse italienne Ansa, la discipline est considérée comme une option à plus long terme par Paolo Poli, directeur du Mugello. "Le premier objectif sera de renouveler l'accord avec le MotoGP", précise ce dernier. "Puis d'ici cinq ans, nous réfléchirons aussi à faire venir la Formule 1 en Toscane. Des partenariats seront nécessaires à un niveau national, comme Monza l'a fait en signant son contrat avec la F1 pour les prochaines années. Il ne faut pas oublier que, contrairement aux autres circuits italiens, le Mugello n'est pas géré par l'État. De 2006 à 2016, Ferrari a fait d'énormes investissements pour améliorer la qualité des infrastructures et le professionnalisme de ceux qui travaillent ici, afin de se présenter aux clients du monde entier avec un niveau de plus en plus élevé."

Les changements prévus à Imola
Article suivant
Grosjean : Une visibilité sur l'avenir "très différente" cette année

Article précédent

Grosjean : Une visibilité sur l'avenir "très différente" cette année

Article suivant

Boullier s'offre une première course derrière le volant

Boullier s'offre une première course derrière le volant
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Basile Davoine