Infrastructures : Wolff veut que Williams bénéficie d'une exception

Les débats sur le budget alloué à l'amélioration des infrastructures des écuries n'ont pas été fructueux, mais Toto Wolff continue d'espérer qu'une solution sera trouvée pour Williams.

Logan Sargeant, Williams W45

En difficulté en raison de sa situation financière défavorable jusqu'à sa vente par la famille Williams à Dorilton Capital mi-2020, Williams Racing n'a pas pu mettre à jour ses installations avant l'arrivée du plafond budgétaire en 2021. La structure de Grove souhaite désormais améliorer ses infrastructures vieillissantes, mais le Règlement Financier ne permet que 36 M$ (33 M€) de dépenses sur une période de quatre ans ; trop peu pour la structure de Grove, qui a demandé une adaptation. Cependant, la dernière réunion sur le sujet à la Commission F1 a tourné en rond, de l'aveu même du directeur d'équipe James Vowles.

Lire aussi :

Vowles trouve toutefois un allié logique en Toto Wolff, ancien actionnaire de Williams et directeur de l'écurie Mercedes AMG F1 dont Williams utilise les groupes propulseurs. "La raison pour laquelle la discussion sur les dépenses d'investissement a été abordée est qu'une écurie, Williams, a déclaré que ses infrastructures étaient de qualité inférieure et qu'elle ne pourrait pas rattraper son retard sur des choses banales comme les outils de production, jusqu'au matériel technique comme le simulateur. C'était le point de départ de toutes les discussions", explique Wolff.

"Puis, en conséquence, certaines équipes ont pris le train en marche pour dire qu'elles aimeraient avoir un peu plus de marge également. Et ce chiffre est passé de 50 M$ à 60 M$, 70 M$, 90 M$, et soudain, c'était comme s'il n'y avait plus de limite, et pourquoi pas changer le niveau des dépenses d'investissement ? Mais il n'y a pas de raison de le faire. Je pense qu'il y a une équipe que nous devons traiter différemment de toutes les autres."

La possibilité de permettre des investissements au cas par cas, elle, n'a pas rencontré un grand enthousiasme. "Nous avons fait une liste", poursuit Wolff. "Certaines grandes équipes ont dit qu'elles ne voulaient pas de liste, et que si Williams obtenait des choses, elles voulaient en avoir aussi. Alors ça a été exclu."

"Nous avons besoin d'une réglementation stable sur les relations financières. Et il faut que l'on puisse avoir un business plan qui soit valide, que ce ne soit pas open bar tous les deux ans en modifiant le plafond budgétaire sur les dépenses d'investissement. C'est pourquoi la discussion a pris fin, mais peut-être allons-nous trouver une solution pour Williams."

Le sujet doit désormais être abordé par le comité de conseil financier de la Formule 1.

Be part of Motorsport community

Join the conversation

Related video

Article précédent Pluie : Verstappen ne veut pas que la F1 agisse comme la NASCAR
Article suivant L'arrivée de Ricciardo a perturbé Tsunoda chez AlphaTauri

Top Comments

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Sign up for free

  • Get quick access to your favorite articles

  • Manage alerts on breaking news and favorite drivers

  • Make your voice heard with article commenting.

Motorsport prime

Discover premium content
S'abonner

Edition

Suisse